.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

La terre est bleue comme une orange : un partenariat de l’ONG Plan International France

Déplacements forcés, déscolarisation, traumatismes psychologiques : les conflits ont un impact dramatique sur les enfants. Le film « La terre est bleue comme une orange », dont l’ONG Plan International France est partenaire, raconte les conséquences des affrontements dans le Donbass sur le quotidien d’une famille.

Donner la parole aux enfants

La réalisatrice ukrainienne Iryna Tsilyk a suivi en 2019 la famille Trofymchuk à Krasnohorivka, ville de 15 000 habitant∙e∙s du Donbass dans l’Est de l’Ukraine. Ce documentaire donne à voir l’histoire de Myroslava qui réalise un film sur la vie dans la région depuis le début des conflits en 2014. Véritable mise en abyme, ce documentaire témoigne du pouvoir thérapeutique de l’art. Il illustre également le quotidien de cette famille qui vit dans une zone affectée par les conflits entre l’Ukraine et la Russie. Un documentaire poignant sur l’impact des combats, sur les enfants en particulier, mais aussi sur la détermination d’une jeune-femme à poursuivre son rêve : devenir réalisatrice.

Plan International France s’associe à ce film qui valorise la parole des enfants victimes collatérales de cette crise. Ce témoignage porte un message de résilience, démontre l’importance de l’éducation et de la formation professionnelle : leviers de l’émancipation des filles et des femmes.

Découvrez en salle dès le 8 juin le film La terre est bleue comme une orange d’Iryna Tsilyk.

Avant-première

L’ONG Plan International France a participé, le 8 juin 2022, à l’avant-première du film organisée au cinéma Le Méliès de Montreuil. Cette projection introduite par un discours de la réalisatrice Iryna Tsilyk, a rappelé au public ému à quel point l’art et le cinéma pouvaient être des échappatoires salvatrices face au conflit. L’équipe de distribution du film Juste Doc ainsi que l’ensemble des autres partenaires du documentaire – Cofrade, France Terre d’Asile, Solidarités International et Vision du monde – étaient également présents.  

« Mon film est une manière de répondre à la question : l’art peut-il changer les choses ? Oui, l’art et le cinéma peuvent être des armes », affirme Iryna Tsilyk en introduction de la soirée. La réalisatrice qui accompagne la famille depuis leur rencontre lors d’un camp de cinéma pour adolescent·e·s ukrainien·ne·s, explique que les Trofymchuk vivent et travaillent aujourd’hui à Vilnius en Lituanie. Le film produit par la famille a même reçu un prix du film des étudiants.

À la question « Pourquoi le titre « La Terre est bleue comme une orange ? » », posée par une spectatrice dans la salle, la cinéaste répond « ce titre surréaliste vient d’un poème de Paul Eluard : il a été choisi pour montrer une situation de vie surréaliste où se côtoient la paix et la guerre ». Dans ce quotidien où le conflit devient la norme, il est fondamental d’accompagner les enfants à surmonter leurs traumatismes et d’assurer la continuité de leur éducation.

Mélangeant documentaire et fiction, ce film en immersion dépeint avec justesse et poésie le quotidien dans le Donbass en 2019, une situation toujours d’actualité en 2022.

Suivez-nous

Sur instagram

Jean-Maurice Ripert : élu nouveau président de l’ONG Plan International France

Après 40 ans de carrière diplomatique, Jean-Maurice Ripert devient le nouveau président de l’ONG Plan International France.

Après 10 années de présidence du conseil d’administration de Plan International France, Pierre Bardon, ancien directeur général de SFR, passe le relais à Jean-Maurice Ripert, qui prend ses fonctions de nouveau président le 31 mai 2022.

Plan International France agit dans 75 pays pour faire progresser le respect des droits des enfants et l’égalité entre les filles et les garçons dans le monde.

Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’École nationale d’administration, Jean-Maurice Ripert rejoint le ministère des Affaires étrangères en 1980, au sein duquel il occupe jusqu’en 2009 puis de 2013 à 2019 différents postes à l’administration centrale et en ambassade, ainsi que dans divers cabinets ministériels – coopération et développement, affaires européennes, affaires étrangères, action humanitaire.

Directeur des Nations unies et des organisations internationales de 2003 à 2005, il devient représentant permanent de la France auprès des Nations unies à Genève et à New York puis sert également comme ambassadeur de France en Grèce (2000-2003), en Russie (2013-2017) et en Chine (2017-2019).

Il occupe les postes de conseiller technique et de conseiller diplomatique du premier ministre à deux reprises (1988-1991 et 1997-2000) avant de devenir Secrétaire général adjoint des Nations unies, envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU au Pakistan en 2009-2010 et ambassadeur de l’Union européenne en Turquie en 2012-2013.

Sa carrière diplomatique est marquée par un engagement constant sur les dossiers liés aux enjeux globaux traités par les organisations internationales et en particulier par l’ONU : coopération au développement, environnement et développement durable, promotion des droits humains, droits des enfants, justice pénale internationale, protection des civils. Il se spécialise également dans la gestion des crises et dans l’action humanitaire dans les zones de conflits : Balkans, Somalie, Soudan, Sahel notamment.

« C’est un grand honneur pour moi de rejoindre Plan International France pour y poursuivre mon engagement à titre personnel au sein d’une organisation qui est aujourd’hui la première ONG de parrainage en France. De nouveaux défis restent à relever afin d’assurer la protection et la promotion des droits des enfants, en particulier des filles, notamment en matière d’éducation, de santé, d’égalité filles-garçons et de participation active au développement. Il est fondamental que tous les enfants et les jeunes puissent trouver leur place au sein de sociétés durables parce qu’ils et elles en sont à la fois le présent et l’avenir », s’enthousiasme Jean-Maurice Ripert.

Pour tout complément d’information et demande d’interview, merci de contacter :

Juliette Bénet / 06 50 10 10 85 / juliette.benet@plan-international.org

Aurélie Bois / 06 87 26 27 68 / aurelie@agencethedesk.com

Télécharger le communiqué de presse.

Suivez-nous

Sur instagram

Promouvoir l’engagement des jeunes indigènes au Guatemala

Les peuples autochtones représentent 43,6% de la population du Guatemala mais font face à l’extrême pauvreté et aux discriminations raciales. Il est donc important que leurs voix soient entendues et que les jeunes soient impliqué·e·s dans les instances de décision de leur communauté. Plan International met en place des ateliers sur le leadership à destination des jeunes indigènes pour leur apporter du savoir et des compétences afin qu’ils bénéficient d’un meilleur avenir.

Jeune femme rigolant avec des chèvre

Permettre aux jeunes de prendre confiance en soi

Julia, 19 ans, a participé au programme sur le leadership pour les filles et jeunes femmes indigènes de Plan International. Issue de la communauté Quiché au Guatemala, un peuple autochtone apparenté aux Mayas, elle raconte que les jeunes ont peu d’espace pour prendre la parole. 

« Il n’y a pas assez de jeunes leaders car les adultes ne nous laissent pas porter nos messages. Quelques années auparavant, j’ai rejoint une organisation où mon père intervenait sur les questions de santé. Il y avait 5 jeunes qui voulaient acquérir plus de responsabilités mais les adultes ont commencé à dire que ce n’était pas possible. Au bout de trois semaines, nous sommes parti·e·s”, raconte Julia.

Dans sa famille, personne n’a jamais été au-delà des premières années scolaires de l’école élémentaire et ses parents n’ont même jamais eu l’opportunité d’étudier à l’école primaire. Toutefois, ses parents étaient déterminés à ce que leurs enfants aient une éducation de qualité. Julia a ainsi fini l’école à 15 ans et veut devenir leader de sa communauté tout en étant musicienne.

Ainsi, Julia a réussi à acquérir de nombreuses compétences, notamment sur des sujets comme les violences domestiques, la prévention des grossesses, l’estime de soi, la participation civique ou encore le plaidoyer politique. « J’ai beaucoup changé, ma famille l’a également remarqué. Avant j’étais souvent seule et très timide, maintenant je n’ai plus peur de parler aux gens », s’enthousiasme-t-elle.

L’une des activités de Plan International à laquelle elle a participé consistait à concevoir un plan d’action pour améliorer sa communauté. Il comprenait des propositions pour obtenir des dons de peinture, de chaises, de tables et de rideaux pour le centre d’apprentissage local.

Pour moi, l’essentiel est l’éducation et je voudrais que tous les enfants de notre communauté puissent étudier.

L’impact du COVID-19 sur l’éducation

Avant la pandémie de COVID-19, Julia a pu se rendre dans la capitale du Guatemala en février 2020, où elle a participé à la Rencontre nationale des jeunes indigènes, organisée par Plan International et le Mouvement des Jeunes Mayas. Elle y a échangé des expériences avec des jeunes d’autres régions du pays et a découvert le travail des femmes autochtones députées.

Alors que Julia participait activement à la série d’ateliers mis en place par Plan International, la pandémie est venue freiner ses ambitions. En effet, les dernières formations étaient seulement accessibles en ligne et Julia ne pouvait plus étudier. Certains cours ne fonctionnaient pas sur son téléphone et elle devait se déplacer dans le foyer de ses cousins pour avoir une connexion internet. 

Décrocher des rôles à haute responsabilité

Ses nouvelles compétences en matière de leadership lui ont ainsi permis d’être acceptée comme membre du Comité de l’eau de sa communauté, en remplacement de son père qui ne pouvait pas être présent pour cause de maladie. « C’est un miracle que je fasse partie du Comité de l’eau à un si jeune âge », dit-elle, car ces postes sont traditionnellement occupés par des adultes.

Tout au long de l’année, le Comité de l’eau se réunit au moins une fois par mois, avec les représentants de 20 communautés, afin d’échanger des informations sur les pénuries d’eau, les dépenses engagées et les tracés des conduites d’eau nouvellement prévues. 

Julia est déterminée à poursuivre ses efforts pour atteindre les objectifs de développement de sa communauté. Elle souhaite notamment que le poste de santé dispose d’un personnel infirmier et médical suffisant, que l’approvisionnement en eau potable soit assuré et que des cours correspondant au niveau de l’enseignement secondaire soient inclus dans le programme du centre d’apprentissage.

« Un bon leader n’abandonne jamais. Je n’ai jamais abandonné, même si les adultes disent que je n’ai pas d’expérience », clame Julia. « Dans cinq ans, je me vois encore étudier, chanter et être toujours impliquée dans l’activisme communautaire ! »

 

Suivez-nous

Sur instagram

Retourner à l’école après avoir fui le conflit en Ukraine

Le nombre d’enfants ukrainiens fuyant leur foyer augmente de jour en jour. L’éducation de toute une génération d’enfants est ainsi perturbée par l’escalade du conflit. Plan International s’engage pour que les enfants ukrainiens continuent leurs études.

Un nouvel enfant réfugié chaque seconde

Fille avec un sac à dos

Selon les chiffres de l’ONU, l’Ukraine comptait, avant le conflit, 6,84 millions d’enfants en âge d’être scolarisés. La quasi-totalité des enfants voit aujourd’hui leur éducation interrompue en raison de la guerre. Les chiffres du ministère ukrainien de l’Education et des Sciences indiquent qu’au 13 mars, 379 établissements scolaires ont été endommagés ou détruits par les combats.

Aujourd’hui, plus de 1,5 million d’enfants ont désormais franchi les frontières de l’Ukraine. Le nombre d’enfants contraints de fuir le conflit devrait atteindre entre 2 et 3 millions si les combats et les attaques aveugles ne cessent pas immédiatement.

Emilia Sorrentino, spécialiste de l’éducation en situation d’urgence à Plan International, revient sur cette situation : « Il est essentiel de ramener les élèves à l’école pour leur donner un sentiment de normalité et de sécurité, alors qu’ils commencent à reconstruire leur vie dans un nouveau pays. »

Les filles scolarisées sont moins susceptibles d’être exposées à l’exploitation sexuelle, la traite et le travail domestique.

« Les enfants et les jeunes qui ont fui un conflit ont souvent été témoins de destructions inimaginables, sans savoir quand ils reverront leur famille, leur maison et leurs ami·e·s. Ils sont confrontés à des risques considérables pour leur santé, leur sécurité et leur bien-être psychosocial. Aller à l’école présente des avantages émotionnels et psychologiques importants » explique-t-elle.

En effet, l’éducation offre un environnement sûr où les enfants et les jeunes peuvent continuer à développer leurs connaissances et leurs compétences, se socialiser et accéder à d’autres services de soutien essentiels tels que les repas scolaires et les soins de santé.

Pouvoir retourner à l’école sereinement

Plan International travaille avec les autorités et les organisations en Pologne, en Roumanie et en Moldavie pour aider les enfants réfugiés à s’intégrer dans l’enseignement local et à poursuivre leurs études. Des fournitures scolaires sont nécessaires de toute urgence pour que les enfants ukrainiens, qui ont pour la majorité fui leur maison avec à peine plus qu’ils ne pouvaient porter, puissent participer pleinement aux cours.

Plan International a fourni plus de 500 kits pour aider les enfants fuyant le conflit à retourner à l’école. Les sacs à dos contiennent des fournitures essentielles telles que des stylos, des cahiers, des crayons de couleur et du matériel d’hygiène, aideront les enfants réfugiés vivant actuellement en Moldavie à retourner à l’école.

Les sacs à dos ont été donnés lors d’un événement organisé à l’hôtel de ville de Chisinau, la capitale de la Moldavie, où 397 enfants venus d’Ukraine se sont déjà inscrits dans les écoles secondaires locales et 47 dans les jardins d’enfants municipaux. 

Sur les 500 sacs à dos donnés, 200 contiennent des fournitures pour les élèves du primaire, 200 pour les élèves du secondaire et 100 pour les lycéens.

Toutes les fournitures, qui comprennent du matériel de promotion de l’hygiène pour aider à prévenir la propagation du COVID-19, ont été achetées auprès de fournisseurs locaux.

Suivez-nous

Sur instagram

Compte-rendu d’activité de l’année 2020-2021 de la fondation Plan International France.

L’Essentiel 2020-2021

Découvrez l’essentiel de notre compte-rendu d’activité 2020-2021. Cette publication nous permet d’informer nos donateurs et donatrices sur notre gestion financière et nos actions réalisées pendant l’année.

Suivez-nous

Sur instagram

Nomination de la nouvelle directrice de Plan International France

Le conseil d’administration présidé par Pierre Bardon nomme Anne Bideau à la direction de Plan International France.

Après 14 années au sein de l’ONG Plan International France, dont 6 années à sa direction, Yvan Savy passe le relais à Anne Bideau qui prend ses fonctions de directrice générale le 1er juillet 2021. 

Ancienne directrice des bureaux de Solidarités International en Indonésie, au Libéria et en Macédoine, Anne Bideau rejoint en 2006 la Croix-Rouge française pour assurer la direction du bureau régional de l’organisation en Asie, puis de celui du Moyen-Orient et de la Corne de l’Afrique. Elle devient par la suite responsable du département d’expertise technique et de réponse d’urgence et du département finances internationales au siège de l’association. En 2016, Anne Bideau prend la direction des activités bénévoles et de l’engagement de la Croix-Rouge pour la France. 

« Mes années sur le terrain m’ont malheureusement amenée à constater l’extrême vulnérabilité des enfants exposés aux crises humanitaires comme à la pauvreté, et plus encore celle des filles. Je suis ravie de rejoindre Plan International pour contribuer à promouvoir les droits des enfants et l’égalité entre les filles et les garçons. Cette mission passionnante est d’autant plus essentielle que la pandémie de Covid-19 a bouleversé l’accès à l’éducation, mais aussi la santé mentale et les conditions de vie des enfants – particulièrement pour les filles –, augmentant considérablement les risques de violence et d’exploitation. Avec l’équipe de l’ONG en France, nous allons tout faire pour que les jeunes, notamment les filles, puissent grandir, s’épanouir et agir dans un monde plus juste ! »

Yvan Savy sera présent dans les mois à venir pour accompagner la transition et permettre à Plan International France de continuer toujours aussi efficacement sa mission.
« Au cours des 6 dernières années, j’ai conduit la transformation de l’ONG pour l’adapter aux enjeux et aux défis de demain, accélérer sa croissance et accroître son impact ainsi que son influence. Nous sommes devenu un partenaire de confiance, reconnu au sein de la communauté des ONG de solidarité internationale en France, avec le ministère de l’Europe et des affaires étrangères et avec des institutions internationales telles que l’UNESCO, l’OCDE et l’OIF. Alors qu’un nouveau cycle stratégique s’ouvre pour Plan International, je suis heureux de transmettre la direction à Anne Bideau pour mener la prochaine page du développement de notre organisation et contribuer ainsi à un monde plus juste qui fait progresser les droits des enfants et l’égalité pour les filles. »

Yvan Savy assure dorénavant un rôle de conseil auprès du président Pierre Bardon et participera à ce titre aux chantiers stratégiques du réseau Plan International dans le cadre de la nouvelle stratégie globale 2022-2027 en cours d’élaboration.  

Suivez-nous

Sur instagram

Compte-rendu de l’activité de l’ONG Plan International France de l’année 2019-2020

L’ONG Plan International France présente son bilan de l’année 2019-2020. Cette année a été particulièrement bousculée par la pandémie de COVID-19, à laquelle nous avons dû nous adapter.

Le don et le parrainage

Une augmentation de 230 parrainages a été enregistrée en 2019-2020 : c’est la troisième fois en 10 ans que nous constatons une croissance des parrainages. Cette croissance porte à 32 400 le nombre de parrains et marraines dans 38 pays. 

Par ailleurs, nous enregistrons une stabilité des dons de particuliers (+0,5% vs. 2018-2019) grâce à la générosité renouvelée de nos marraines, parrains et donatrices, donateurs particuliers. Ces dons représentent 86 % de nos recettes et sont le garant de notre indépendance et de notre capacité à poursuivre notre mission en ces temps difficiles. L’année 2020 a été marquée par deux appels à don, lancé par l’Alliances Urgences dont nous sommes membres : en février 2020 pour venir en aide aux Rohingyas au Bangladesh, et en mai 2020 pour répondre à l’aggravation de la crise COVID-19.

Nos recettes totales sont en retrait de 12% par rapport 2018-2019, du fait des retards d’encaissement des subventions publiques (-70% vs. 2018-2019) liés aux aléas de mise en œuvre de nos programmes sur le terrain, aggravés cette année par la pandémie de COVID-19.

Malgré ce recul de nos recettes, nous avons maîtrisé nos dépenses en France et sommes ainsi parvenu à consacrer 80,4 % de nos emplois à nos missions sociales pour les enfants et les jeunes les plus vulnérables.

Nos actions 

L’éducation, la formation et l’insertion professionnelle sont au cœur de notre stratégie d’intervention : cette année, nos programmes ont aidé près de 500 000 enfants et jeunes dans 12 pays. 
Notre influence ne cesse de progresser, elle s’est notamment concrétisée dans le cadre du sommet du G7 sous présidence française où 6 jeunes délégués africains ont rencontré des ministres des pays du G7, du G5 Sahel et du Sénégal pour partager leurs recommandations. Ces recommandations concernant la priorité à l’éducation des filles et la valeur de l’engagement des jeunes ont été reconnues par les dirigeants du G7 à cette occasion.

Il est plus que jamais essentiel d’œuvrer ensemble pour un monde plus juste qui fait progresser les droits des enfants et l’égalité entre filles et garçons.

Consulter notre bilan ici.   

Suivez-nous

Sur instagram

Compte-rendu d’activité de Plan International France de l’année 2019-2020

L’Essentiel 2019-2020

Découvrez l’essentiel de notre rapport d’activité 2019-2020. Cette publication nous permet d’informer nos donateurs et donatrices sur notre gestion financière et nos actions réalisées pendant l’année.

Suivez-nous

Sur instagram

Votre reçu fiscal 2019

Bonne nouvelle, le reçu fiscal sur l’ensemble de vos dons versés en 2019 est disponible ! Il vous a été adressé, en fonction de vos préférences, par email ou par courrier.

La réduction fiscale est un avantage fiscal, permettant de déduire une partie de votre don de votre impôt sur le revenu.

Chaque don (ponctuel ou régulier) donne droit à une réduction d’impôt de 66 % du montant du don, dans la limite de 20 % du revenu imposable. Si vous êtes assujetti à l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) : vous pouvez déduire 75 % de votre don de cet impôt, dans la limite de 50 000 €.

Le reçu fiscal vous permet de bénéficier de cette réduction par rapport à l’ensemble de vos dons versés en 2019.  

Si vous êtes parrain ou marraine, vous pouvez aussi télécharger votre reçu fiscal sur votre espace donateur ainsi que ceux des 5 dernières années.

Pensez donc à bien vérifier votre boîte e-mail, y compris les spams, et conservez précieusement ce document en vue de l’établissement de votre déclaration d’impôt !

Si vous le souhaitez, communiquez-nous votre adresse email.

Suivez-nous

Sur instagram

Donnez du temps pour Plan International France

Et si vous repensiez votre temps libre ? Devenez bénévoles pour Plan International France et vivez une aventure humaine riche pour une cause qui a du sens.

benevole plan international france

Devenir bénévole pour Plan international c’est :

  • défendre une cause qui vous est chère ;
  • rejoindre une équipe de bénévoles motivés et créer des liens forts ;
  • monter des projets très variés (courses Solid’R dans les écoles, concerts ou spectacles, partenariats avec les commerçants, brunchs solidaires, mobilisation étudiante, vide-dressings…) ;
  • acquérir et développer de nouvelles compétences ;
  • partager votre engagement avec les petits et les grands.

 « Personnellement, j’éprouve beaucoup de plaisir à donner un peu de mon temps pour cette cause, si noble, qui est de contribuer à faire le bonheur d’un enfant », explique Christophe, bénévole.

Vous êtes dynamique et motivé·e ? Rejoignez l’équipe de votre département et vivez une aventure humaine riche !

Plus d’informations

Suivez-nous

Sur instagram