.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Le Soudan du Sud traverse l’une des pires crises alimentaires au monde. Près de 4,9 millions de personnes, soit plus de 40 % de la population, réclament une aide humanitaire d’urgence. Découvrez les actions que nous menons auprès des enfants et de leur famille grâce à vos dons.

Crise humanitaire au Soudan du sud : ne les oublions pas !

Grâce à votre générosité et votre mobilisation, nous avons pu collecter près de 30 000 € pour les enfants, merci !

Depuis le début de l’intervention humanitaire au Soudan du Sud, le 20 février dernier, l’ONG Plan International s’est mobilisée pour venir en aide aux 380 000 Sud-Soudanais ayant fui leur pays vers les pays limitrophes, mais également aux populations restées au Soudan du Sud, qui subissent de plein fouet les violences de la guerre et la famine.

Prendre en charge les enfants dans les camps de réfugiés

Au Soudan, dans les 8 camps de réfugiés de l’État du Nil Blanc – qui, en avril 2017, ont accueilli plus de 100 000 nouveaux réfugiés – nous avons assuré, en collaboration avec le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), l’accueil des nouveaux arrivants. Avec une vigilance particulière pour les enfants qui demeurent les premières victimes du conflit et de la famine.

Palier la malnutrition au Soudan du Sud

Non seulement la malnutrition a des conséquences dramatiques sur les enfants, mais elle entraîne également une diminution importante des aptitudes scolaires des élèves et augmente le taux d’absentéisme.

Aussi, à l’est et au centre du pays, Plan International a :

Protéger les enfants du Soudan du Sud

En situation de conflit et de famine, les risques de violences sexuelles et de discriminations augmentent considérablement : mariages précoces et forcés, viols, prostitution. Les filles sont plus que jamais contraintes d’abandonner l’école pour des raisons de sécurité.

Pour faciliter leur vie quotidienne et les aider à maintenir leur dignité, Plan International a fourni à 4 523 jeunes filles des kits d’hygiène menstruelle, conçus pour les adolescentes exilées et en situation d’urgence. Ils contiennent des serviettes hygiéniques réutilisables, des sous-vêtements, du savon pour laver vêtements et corps, de la vaseline, un seau, un sac, des mouchoirs et un coupe-ongles.

Mettre en place des programmes d’éducation alternative

Dans l’État des Lacs et en Equatoria oriental, beaucoup d’écoles ont fermé. L’insécurité qui règne dans ces régions, la faim, le manque d’eau et les longues distances, sans compter les mariages précoces et le coût élevé des matériels scolaires, contraignent les enfants à quitter l’école.

C’est pourquoi Plan International propose des programmes d’éducation alternative dans les zones ciblées, ainsi que le recrutement et la sensibilisation d’enseignants sur ces problématiques. Ce sont près de 30 000 personnes qui en  bénéficient.

Mais il y a tant à faire encore…

Pourtant, la situation est loin d’être sous contrôle et de graves menaces persistent, faisant craindre le pire pour les mois à venir.

L’accès humanitaire demeure restreint, souvent pour des raisons de sécurité.

L’arrivée de la saison des pluies à partir de mai-juin risque également de détériorer la situation et d’augmenter le nombre de cas de choléra.

Suivez-nous

Sur instagram