.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Projet 5: Malagasy Women Empowerment – Un été pour l’égalité

Malagasy Women Empowerment (MWE) est une jeune association qui lutte pour l’amélioration des droits et des conditions de vie des femmes malgaches en promouvant leur autonomie.

Le projet porté par MWE, intitulé « Un été pour l’égalité », a pour objectif principal la sensibilisation des jeunes qui résident en France sur les disparités de droits et de traitement entre les sexes à Madagascar. S’inscrivant dans l’atteinte de l’Objectif de Développement Durable n° 5 (égalité entre les sexes), MWE souhaite organiser des ateliers gratuits sous plusieurs formes (webinaires, groupes de paroles, danse, ateliers artistiques et de travaux manuels) sur divers sujets tels que les droits des femmes et des filles, l’éducation des filles, le mariage précoce, la santé sexuelle et reproductive et la lutte contre les violences basées sur le genre.

Rendez-vous ici pour voter .

Suivez-nous

Sur instagram

Objectif Enfance 2020

Le 19 novembre 2020 s’est tenue la 5e édition d’Objectif Enfance, un événement organisé annuellement par le Groupe Enfance (GE).

Cliquez sur la photo pour visionner le webinaire

Le Groupe Enfance est une coalition de 18 ONG, dont Plan International France est membre, engagées pour la promotion des droits de l’enfant au niveau international. Cette cinquième édition avait pour thème : « 10 ans avant la fin des ODD, quelles politiques pour une mise en œuvre effective des droits de l’enfant à l’international ? ». Plusieurs acteurs représentant le Service Public Fédéral Affaires Étrangères de Belgique, la Commission Européenne, le Groupe d’Action informel pour les Droits de l’Enfant, le Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères français et le Groupe Enfance sont intervenus lors de ce webinaire.

Dans son introduction, Michelle Perrot, Directrice Plaidoyer et Engagement de Plan International France, a rappelé les principaux enjeux liés aux droits de l’enfant. Elle a souligné le fait qu’une prise en compte de ces droits était indispensable pour la réalisation effective des Objectifs de Développement Durable. Cependant, dans un contexte mondial marqué par la crise du Coronavirus, les enfants sont de plus en plus impactés et nombre d’entre eux se retrouvent dans une situation de grande vulnérabilité. Conscients de cela, un appel à l’action en faveur des droits de l’enfant a été lancé par les membres du Groupe Enfance. 

De leur côté, les représentantes des institutions susmentionnées ont respectivement présenté les actions mises en œuvre à leurs différents niveaux. Toutes ont exprimé le besoin d’accorder plus de moyens à la défense de ces droits. Elles n’ont pas omis d’insister sur la nécessité d’un engagement européen plus fort dans les pays en développement. 

Concernant les recommandations et les perspectives pouvant être mises en place afin de mieux prendre en compte les droits de l’enfant dans la politique internationale française, le Groupe Enfance a proposé quatre recommandations spécifiques:

  •  La prise en compte transversale des droits de l’enfant dans la politique de coopération de la France. 
  • La formation et la sensibilisation des agents du Ministère à l’approche par les droits de l’enfant. 
  • Une promotion accrue de la CIDE dans la diplomatie française, que ce soit à un niveau bilatéral ou multilatéral. 
  • Une meilleure traçabilité de la contribution financière à la réalisation des droits de l’enfant.

Madame Dommartin, délégué au relation avec la société civile et aux partenariats du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères a insisté sur l’importance de la prise en compte des droits de l’enfant dans l’atteinte des objectifs de développement durables prévus pour 2030. Pour permettre cela, la France agit à un niveau multilatéral en s’engageant par exemple auprès de l’UNICEF. Elle s’investit également à un niveau bilatéral pour transversaliser l’approche par les droits de l’enfant dans les projets de développement.

Ces interventions ont été complétées par les témoignages de jeunes activistes venant du Sénégal et de République Démocratique du Congo. 

Les membres du Plan des jeunes présents ont pu quant à eux poser leurs questions aux intervenantes et n’ont pas manqué de partager les temps forts de ces échanges sur leurs réseaux sociaux.

À l’année prochaine pour la nouvelle édition de l’événement Objectif Enfance !  

Le Plan des Jeunes

Suivez-nous

Sur instagram

Projet 5: SOA Association – SOA PLAYGROUND

SOA Association est une organisation à but non lucratif créée en 2016 et qui agit en faveur des enfants en difficultés dans les pays en voie de développement, avec comme priorité l’accès à l’éducation.

Notre projet SOA PLAYGROUND a pour objectif principal de fédérer les jeunes français·e·s autour des problématiques d’accès à une éducation inclusive et de qualité pour les filles et les garçons dans les pays en développement. Pour ce faire, SOA association lance cette année la 3ème édition du projet SOA PLAYGROUND !

Le sport est la plus belle manière de se réunir, c’est pourquoi cette année, en plus de notre habituel tournoi de basket SOA LOVES BASKETBALL, nous vous proposons SOA LOVES HIP-HOP ; une série de workshops de danse avec les meilleur·e·s danseur·se·s de hip-hop.

Ces deux événements seront l’occasion parfaite de mêler sport et solidarité tout en s’informant des différents enjeux de l’égalité filles-garçons dans les pays en développement à travers notamment le sport et l’éducation.

Pour en savoir plus sur SOA Association, rendez vous sur leur site internetleur compte Facebook ou leur compte Instagram.

Rendez-vous ici pour voter !

Suivez-nous

Sur instagram

Projet 1: ADESAF – « Solidaires et Egaux »

Afin de montrer que les inégalités de genre existent à l’échelle globale, l’ADESAF, l’Association pour le Développement économique et Social en Afrique, souhaite agir localement auprès des habitants du Val-de-Marne, où est situé le siège social de l’association. Le projet vise à favoriser la prise de conscience des jeunes du Val-de-Marne des inégalités femmes – hommes, filles-garçons qui existent localement, mais aussi dans d’autres territoires, et à différentes échelles. En rendant visibles les inégalités de genre ici et là- bas, ensemble, nous pourrons identifier des moyens d’action pour sensibiliser et mobiliser des acteurs engagés dans divers secteurs d’activités (économiques, social, associatifs, académiques, institutionnels).

Une équipe de jeunes de l’ADESAF (bénévoles, volontaires en Service Civique, salariées), formée à l’animation et engagée sur les thématiques de solidarité internationale, mènera ce programme de sensibilisations en s’appuyant sur les projets menés par l’association en Afrique qui favorisent l’égalité filles – garçons, et en utilisant des outils participatifs et pédagogiques. L’ADESAF accompagnera des classes de jeunes élèves et des acteurs engagés sur le territoire (entreprises d’insertion, AMAP, étudiants, associations, etc.) afin de créer des dynamiques locales par la mise en place d’actions communes de lutte contre les inégalités liées au genre.

Pour en savoir plus sur l’ADESAF rendez vous sur leur site internet, leur compte Facebook ou leur compte Twitter.

Rendez-vous ici pour voter!

Suivez-nous

Sur instagram