Aller au contenu principal

Niger : éducation, formation et emploi des jeunes

Soutenez nos projets sur le terrain

Au Niger, un des pays les plus pauvres du monde, la crise humanitaire causée par les violences armées de Boko Haram dans la région du lac Tchad ronge le pays et a plongé les habitants dans une famine et une pauvreté extrêmes. Les jeunes sont les plus touchés. Plan International leur vient en aide dans la région de Diffa, au sud-est du pays, à travers la formation professionnelle, l’aide à l’emploi, l’inclusion et l’insertion socio-culturelle pour redonner à la jeunesse une place et un avenir dans la société. 
 

 

« Avant de commencer à suivre les activités, les enfants étaient très angoissés à cause de ce qu'ils avaient vécu. Ils restaient à la maison et n'avaient aucun endroit où aller. » Fabian Boeckler, Coordinateur Régional des Programmes Lac Tchad.

En savoir plus : Contexte | Témoignages |

Chiffres clés
20 000 morts et 2,6 millions de réfugiés
à cause des violences armées de Boko Haram dans la région du lac Tchad
44,1 % de la population
vit sous le seuil de pauvreté avec moins d’1 dollar par jour
Près de 50 % de la population
du pays a moins de 15 ans

Contexte

Le Niger est un des pays les plus pauvres du monde, classé 187e pays sur 188e sur l’Indice de Développement Humain mondial (IDH). Le pays a été de plus en plus affaibli à cause de l’économie fragile et inégalitaire, la crise environnementale et la crise sécuritaire venue du Nigéria avec Boko Haram qui étend son influence jusqu’à la région de Diffa et qui a provoqué la mort de plus de 20 000 personnes et poussé 2,6 millions à l’exil.

 

La région de Diffa accueille aujourd’hui près de 240 000 réfugiés et déplacés (OCHA, 2018), augmentant la pauvreté, la famine et les tensions sociales. Les jeunes, sans études, sans travail, ni avenir, basculent dans la violence politique et religieuse.

 

C’est pourquoi Plan International se mobilise pour la formation, l’emploi et l’insertion des jeunes pour redynamiser, stabiliser l’économie du pays et renforcer les liens sociaux. Les activités devront bénéficier autant aux jeunes hommes qu’aux jeunes femmes afin de contribuer à l’autonomisation des femmes, facteur de développement.

Exemples d’activités :

 

• Insertion socio-culturelle des jeunes à travers la reconstruction d’espaces culturels, sociaux, et sportifs (par Care et Aide et Action)

• Identification des métiers porteurs pour les jeunes en situation d’urgence

• Sensibilisation, mobilisation et orientation des jeunes vers la formation professionnelle comme vecteur d’émancipation économique et sociale 

• Mise en place de formations professionnelles aux métiers porteurs et entrepreneuriat local pour les jeunes

• Equiper les centres de formations et formation des maîtres d’apprentissage, pour des formations professionnelles de qualité

• Insertion et réinsertion professionnelle des jeunes porteurs de projets dans le marché de l’emploi

Budget

8 000 000 €

Le projet est financé par l’Agence Française de Développement.

Durée 

48 mois (juillet 2017-en cours)

Lieu 

Région de Diffa, Niger (Sud-est)

 

Nombre de bénéficiaires

• 54 967 bénéficiaires directs, dont 51 % de femmes et 33 825 jeunes âgés de 15-34 ans

• 21 141 membres des familles des jeunes en bénéficiaires indirects

Nos partenaires

• L'Agence Française de Développement

• Care

• Aide & Action

• 3 ONG locales

Faites un don pour nos projets sur le terrain