Aller au contenu principal

Togo : Appui à l’insertion socioprofessionnelle des jeunes

Contribuer à l’insertion socioprofessionnelle des jeunes filles et jeunes garçons en situation de vulnérabilité, par l’appui à l’apprentissage de métiers porteurs.

Contexte d'intervention de Plan International

Au Togo, pays classé au 162ème rang de l’Indice de Développement Humain, les moins de 25 ans représentent 60% de la population. Cette jeunesse est confrontée à de faibles opportunités d’embauche ou d’emploi résultant en un fort taux de chômage (8,1% chez les jeunes en 2011, contre 6,5% pour l’ensemble de la population) et de sous-emploi (22,8% contre 26,1% en 2006).

Ces difficultés d’insertion socioprofessionnelle et économique des jeunes s’expliquent par :

  • le manque d’orientation des jeunes qui se dirigent naturellement vers des secteurs saturés,
  • le manque d'accessibilité aux formations,
  • le manque de ressources et de moyens pour participer aux formations,
  • les conditions d’apprentissage déplorables,
  • la pauvre qualité des formations proposées,
  • l’inadéquation entre les formations et le marché du travail etc.

Ces difficultés s’accentuent pour les publics vulnérables, tels que les filles, les personnes handicapées ou les jeunes vivant dans des zones rurales.

Les objectifs de ce programme sont donc :

1) Renforcer les capacités des organisations professionnelles et des services techniques pour un meilleur encadrement de l’apprentissage de métiers;

2) Favoriser l'accès à l'emploi des jeunes filles et garçons vulnérables à travers une meilleure adéquation entre l’offre de formation, le marché du travail et les profils et attentes des jeunes filles et garçons

Quelques exemples d’activités

  • Renforcement des compétences des maîtres d'apprentissage
  • Adaptation des contenus de formation sur certains métiers porteurs pré identifiés aux besoins du marché du travail
  • Information des jeunes filles et garçons, de leurs familles et des communautés sur les filières d'apprentissage porteuses
  • Sensibilisation contre les stéréotypes de genre et autres formes de discrimination
  • Accompagnement à l'orientation professionnelle des jeunes filles et garçons
  • Mise en place de groupements villageois d’épargne et de crédit ouverts aux jeunes filles et garçons à partir de 15 ans
  • Renforcement des compétences de vie des jeunes filles et garçons leur permettant de mieux faire valoir leurs droits

Bénéficiaires :

Le projet s’adresse aux jeunes de 15 à 25 ans (environ 16 800 garçons et 13 900 filles) des 3 cantons d’intervention ciblés par l’action, qui disposeront d’une meilleure connaissance du système d’apprentissage et de l’offre de formation disponible et qui bénéficieront de formations professionnelles de proximité de qualité.

Une attention spécifique est portée aux catégories les plus vulnérables, à savoir les jeunes filles, les jeunes en situation de handicap et les jeunes déscolarisés,

  • Les artisans, petits patrons d’ateliers et producteurs du monde agropastoral (agriculteurs, éleveurs) bénéficieront d’un renforcement de compétences techniques, pédagogiques et organisationnelles leur permettant d’améliorer leur pratiques professionnelles et d’assurer un meilleur encadrement des jeunes placés en apprentissage chez eux.
  • Les services techniques et organisations professionnelles impliqués dans l’apprentissage bénéficieront également d’un renforcement de compétences leur permettant de mieux remplir les missions qui sont les leurs.

Lieu :

3 Cantons (Kpangalam, Komah et LamahTessi) ruraux et semi-urbains de la Préfecture de Tchaoudjo, Région Centrale.

Durée :

4 ans (mai 2014 à avril 2018)

Budget :

654 128 €

Télécharger le descriptif du projet

Faites un don pour nos programmes prioritaires