Aller au contenu principal

Brésil : Lutte contre l’exploitation sexuelle liée au tourisme

Contribuer à la réduction de l’exploitation sexuelle des filles et des garçons à des fins commerciales via le tourisme, par le biais d’une mobilisation des enfants et adolescents, des communautés, des acteurs du secteur du tourisme ainsi que de la société civile et des autorités gouvernementales.

Un tourisme à haut risque

Beaucoup de changements sont intervenus au Brésil, suite à la tenue de la Coupe du Monde de football de 2014, et sa sélection comme nation hôte pour les Jeux Olympiques de 2016 va encore accentuer cette dynamique.

Ces dix dernières années, le Brésil est ainsi devenu une destination touristique très populaire. Plus de 11% des visiteurs sont des touristes étrangers. Dans un même temps, les destinations d’Asie particulièrement visitées par les touristes sexuels, comme la Thaïlande et les Philippines, ont connu une baisse de fréquentation importante, notamment suite aux nombreuses mesures mises en place dans ces pays pour protéger les enfants de ces formes de violence.

Si l’expansion du tourisme brésilien a permis au pays de développer son économie en augmentant les revenus des hôtels, bars, restaurants ou boutiques, elle a engendré dans le même temps une augmentation de la corruption, des abus et de l’exploitation d’une partie de la population rendue vulnérable par une situation économique critique.

L’exploitation sexuelle des mineurs, notamment via le tourisme, est aujourd’hui un phénomène préoccupant au Brésil. En 2011, la police locale brésilienne a recensé plus de 250 000 enfants en situation de prostitution dans le pays et ceci n’est que la partie visible de l’iceberg. Entre 2010 et 2012, la plateforme d’appel « 100 » (Child Helpline), mise spécialement en place par le gouvernement brésilien, a enregistré 30 000 nouveaux cas d’exploitation sexuelle sur mineurs, soit environ 294 nouveaux cas par mois.

Les touristes sexuels voyageant au Brésil viennent principalement d’Europe de l’ouest et des Etats-Unis et il est à prévoir que leur nombre augmentera avec l’organisation des Jeux Olympiques en 2016 et une nouvelle arrivée massive de touristes.

 

Quelques exemples d’activités

L’approche permettra que chaque acteur prenne conscience des risques auxquels la population brésilienne est confrontée avec l’affluence de touristes étrangers autant pendant les Jeux Olympiques de 2016, qu’en temps normal.

La formation des jeunes est au cœur du projet. Ces jeunes seront les éducateurs de leurs pairs sur leurs droits, les conséquences de l’exploitation sexuelle sur leur développement et leur épanouissement ainsi que sur les moyens et structures existants luttant contre ce phénomène. Le projet formera également les enseignants, des représentants des organismes gouvernementaux compétents et des organisations non gouvernementales et organisations communautaires travaillant avec des enfants, des adolescents et des membres des communautés de la zone d’intervention.

En parallèle, une campagne de communication sera créée et diffusée par différents moyens d’information couramment utilisés par les communautés. En complément, un support audiovisuel sera diffusé, entre autre, dans l’aéroport de Salvador de Bahia ciblant les touristes étrangers. Enfin, le personnel de quatre hôtels et/ou restaurants, d’un bureau gouvernemental et d’une association de tourisme sera formé à la prévention et la lutte contre l’exploitation sexuelle des jeunes, afin qu’ils sachent par quels moyens rapporter des cas identifiés dans le cadre de leur travail.

Bénéficiaires :

15 jeunes de 12 à 18 ans formés afin de sensibiliser au moins 150 de leurs pairs.

Au moins 3 organisations non gouvernementales et organisations communautaires travaillant avec des enfants, des adolescents et des membres des communautés formées.

Indirectement, ce seront 1 200 enfants et jeunes ainsi que 2 000 membres des communautés d’intervention sensibilisés en vue de prévenir l’exploitation sexuelle des jeunes.

Au moins 10 membres d'organismes gouvernementaux compétents, le personnel d’une association de tourisme et de 4 hôtels et/ou restaurants formés.

Lieu :

La ville de Salvador de Bahia, au Brésil, et en particulier les quartiers les plus touristiques : Barra, Rio Vermelho, Ondina, Graça, Vitoria, Itapoa et Pelourinho.

Durée :

1 an (Août 2014 - Août 2015)

Budget :

60 000 €

Faites un don pour nos programmes prioritaires