Aller au contenu principal

Gestion des risques liés aux catastrophes 

Porter assistance et s’assurer que les enfants et les aides-soignants soient respectés après un sinistre

Dans les zones d’intervention de Plan International, les catastrophes ont détruit partiellement ou totalement les infrastructures (maisons, écoles, centres de santé, canalisations) et réduit les moyens de subsistance. Cependant, les communautés sont plus fortes pour se préparer et résister aux catastrophes grâce :

  • aux aptitudes des filles, des garçons et de leurs parents à faire face aux sinistres
  • aux structures locales construites plus solidement au fil des années,
  • aux programmes d’éducation, de santé, de protection infantile et de gestion des risques impliquant les enfants et leurs communautés.

Dans les communautés où nous intervenons, les habitants ont été évacués avant que le cyclone Haiyan ne frappe. Les plans d’urgence ont été mis en place de façon efficace permettant de limiter le nombre de victimes comparé aux autres zones. Les communes des îles Camotes à Cebu et à Llorente dans le Samar oriental n’ont eu à déplorer aucune victime. Plusieurs barangays (petites unités administratives d’un village, d’un district ou d’un quartier), qui avaient fait l’objet d’évaluations de risque, de plans d’urgence et d’exercices réguliers, ont accepté plus facilement les ordres d’évacuation du gouvernement local.

Les Conseils municipaux de réduction et de gestion des risques de catastrophes et les équipes d’intervention d’urgence ont été impliqués dans les opérations d’évacuation, de recherche, de sauvetage, d’extraction, de nettoyage des débris et de secours. Les équipes d’intervention d’urgence à Samar, formées par Plan International, ont même apporté leur aide aux villes avoisinantes. Des enfants et des bénévoles de la communauté ayant reçu une formation ont communiqué efficacement sur les risques en cas de catastrophes au sein des communautés.