Aller au contenu principal

Girl Summit - Un sommet pour l’avenir des filles !

28 juillet 2014
Le 22 juillet, le Royaume-Uni a accueilli le 1er Girl Summit, un rassemblement qui visait à inciter les institutions nationales et internationales à mettre un terme aux mutilations génitales féminines (MGF) ainsi qu’aux mariages d’enfants. Freida Pinto, célèbre actrice et ambassadrice de Plan International, était au rendez-vous !

 « Nous ne devons pas suivre des traditions qui vont à l’encontre des droits de l’Homme » - MALALA YOUSAFZAI, jeune militante pakistanaise Certaines pratiques traditionnelles ancestrales, comme les mutilations génitales féminines (MGF) ou les mariages précoces, empêchent encore les filles et les femmes de vivre librement et de développer leur potentiel.

Dans le monde, 125 millions d’entre elles ont subi des MGF, tandis qu’une fille est mariée toutes les 2 secondes. Le rôle du Girl Summit, qui a réuni filles, femmes et leaders communautaires aux côtés de gouvernements, d’organisations internationales et d’entreprises, était de rallier des soutiens du monde entier afin de s’accorder sur des initiatives communes visant à éradiquer les MGF et les mariages d’enfants. « Nous souhaitons montrer notre soutien absolu pour éradiquer les violences faites aux enfants, et notamment aux filles » - TANYA BARRON, Directrice Générale de Plan International en Angleterre.

Plan International, qui a souhaité s’impliquer largement dans ce sommet, était représenté par de jeunes militants accompagnés de sa célèbre ambassadrice l’actrice Freida Pinto, et de sa Directrice anglaise, Tanya Barron. « Nous sommes convaincu qu’il est possible d’éradiquer les MGF et les mariages précoces en une génération », a déclaré Tanya Barron. Plan International s’est engagé à allouer 27,3 millions d’euros à la lutte contre les mariages précoces en Asie et en Afrique d’ici 2020 et a promis d’augmenter le budget destiné à son programme contre les MGF. « Les filles savent mieux que quiconque ce dont elles ont besoin. Il faut travailler avec elles, avec les jeunes, et soutenir notre campagne » - Une jeune militante du collectif « Youth for Change » Les jeunes membres du collectif « Youth for Change », âgés de 14 à 21 ans, venus du Royaume-Uni, du Pakistan, d’Inde, du Malawi et du Cameroun, ont appelés à l’action.

Leurs recommandations, définies dans le « Youth Action Statement »  s’appuient sur une étude menée par Plan International et par le Département du Développement International auprès de 1 045 jeunes issus de 87 pays. Dans ce rapport, les jeunes militants appellent à des changements portant à la fois sur l’éducation, la législation, la communauté ou encore la responsabilité sociale. « Je pense que le débat autour de l’émancipation des femmes peut rester figé si nous n’y incluons pas les garçons. Ils doivent prendre part aux discussions » - FREIDA PINTO, ambassadrice de Plan International Ils ont également insisté, à l’instar de Freida Pinto, sur la nécessité que les garçons et les hommes puissent  jouer un rôle dans le combat pour les droits des filles, et sur l’obligation d’inclure les problématiques des MGF et des mariages précoces dans les programmes scolaires.