Aller au contenu principal

Faridah aimerait se rendre sur son lieu de travail en toute sécurité

22 février 2018

En Ouganda, Faridah dirige un groupe de jeunes filles à Kampala qui travaillent à rendre leur ville plus sûre. La nuit, les rues faiblement éclairées accroissent le danger pour la vie des filles. « À l’endroit où mon amie a été tuée, il y a maintenant de la lumière », dit-elle, sur un ton mêlant tristesse et fierté.

Lutter contre les tabous sur les règles en Ouganda

22 février 2018

En Ouganda, les règles c'est un sujet tabou. Beaucoup de filles manquent l'école car elles n'ont pas les moyens de s'acheter des protections hygiéniques. Les garçons se moquent d'elles.
Pour lutter contre ce problème, l'ONG Plan International mène des actions de sensibilisation auprès des filles mais aussi auprès des garçons. 

Notre engagement pour mettre un terme aux abus et à l’exploitation

21 février 2018

Les abus sexuels et l’exploitation n’ont pas leur place dans notre monde et surtout pas parmi ceux qui travaillent au service des plus vulnérables.

Chez Plan International, notre mission est d’œuvrer pour un monde plus juste qui fait progresser les droits des enfants et l’égalité entre les filles et les garçons. Notre priorité absolue, comme organisation de défense des droits des enfants, est de protéger les plus jeunes et les plus vulnérables. C’est pourquoi nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour garantir la sécurité des personnes avec qui nous travaillons.

200 millions d’euros attribués par la France au Partenariat mondial pour l’éducation : la mobilisation a porté ses fruits

8 février 2018

Le 2 février 2018, la conférence de financement du Partenariat mondial pour l’éducation (PME) s’est achevée à Dakar sur une bonne note : la France a annoncé une contribution de 200 millions d’euros (240 millions de dollars) pour la période 2018-2020. Elle multiplie de 10 fois le montant versé lors du triennal précédent. Cet engagement marque une avancée considérable pour l’aide française à l’éducation et sa priorisation dans la politique de coopération internationale

10 idées reçues sur l’excision

6 février 2018

Elles sont aujourd’hui 200 millions à vivre avec une forme de mutilation génitale féminine (MGF). Si les tendances actuelles se poursuivent, 86 millions de filles supplémentaires âgées de 15 à 19 ans risquent, elles aussi, de subir pareille pratique d'ici à 2030. Sorcellerie, commandement religieux, chasteté, honneur familial… tour d’horizon des idées reçues sur l’excision.

L'excision : une lutte mondiale pour les droits des filles

5 février 2018

200 millions de filles et de femmes dans le monde ont été victimes d’excision. Toutes les 10 secondes, 1 fille dans le monde subit une mutilation génitale. Comme chaque année, l’ONG Plan International se mobilise à l’occasion de la Journée mondiale de tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines, le 6 février, pour dénoncer cette violation des droits des femmes et des enfants.

Plan International France est partenaire du film Human Flow

2 février 2018

Plus de 65 millions de personnes sont aujourd'hui déracinées dans le monde. C'est le plus important flux migratoire depuis la Seconde Guerre mondiale ! Découvrez au cinéma le 7 février prochain, le documentaire Human flow, réalisé par l'artiste Ai Weiwei, dont Plan International France est partenaire. Ce film aborde l’ampleur catastrophique de la crise des réfugiés et ses terribles répercussions humanitaires. A voir absolument !

Notre combat contre l’excision en Guinée

31 janvier 2018

La Guinée est le 2ème pays le plus touché par l’excision. En effet, 97 % des femmes de 15 à 49 ans sont excisées. Et contrairement à d’autres pays d’Afrique subsaharienne, cette pratique ne régresse pas. Plan International se bat pour éliminer les mutilations génitales féminines en sensibilisant les communautés sur les risques encourus.

Nous réclamons des financements pour l’éducation des enfants en Afrique

29 janvier 2018

Sur 61 millions d'enfants non scolarisés en âge d’être à l'école primaire, 33 millions, soit plus de la moitié, vivent en Afrique subsaharienne (Unesco). Plus de 400 millions de filles issues de pays en développement seront confrontées à la quasi impossibilité de faire des études supérieures d’ici à 2030. Il y a urgence : tout cela peut changer si les dirigeants mondiaux s’engagent à augmenter leurs financements pour l’éducation, il y a urgence !