Child labour : lutte contre le travail des enfants

Child labour : lutte contre le travail des enfants

Chiffres clés

70% des enfants (5-17ans)

sont impliqués dans une activité économique : ce qui représente 3.5 millions d’enfants.

80 % de la population

vit avec moins de 2 $ par jour.

75% des enfants

ont déjà subi des mauvais traitements (violence physique).

Contexte

En Tanzanie, l’âge légal minimum pour travailler est fixé à 14 ans, et l’âge moyen pour travailler dans les mines est de 18 ans. Pourtant, plus de 70 % des enfants de 5 à 17 ans travaillent.

Des milliers d’enfants travaillent encore dans des mines d’or, exposées à des substances extrêmement toxiques comme le mercure. Les risques physiques sont donc nombreux : problèmes respiratoires, douleurs musculaires et osseuses, etc. Mais aussi le risque de se blesser avec des outils ou de se faire écraser par des éboulements.

Ces enfants encourent aussi des risques psychologiques, comme le syndrome du stress post-traumatique (SSPT) ou encore toutes sortes de violences (basées sur le genre, violences physiques et psychologiques, maltraitance etc.).

Le travail dans les mines empêche souvent ces enfants d’aller à l’école : dans la région de Geita, 96% des décrochages scolaires sont liés à l’absentéisme et au travail.

Outre le secteur minier, le travail des enfants est également présent dans le secteur agricole, la pêche, le travail domestique et le secteur halieutique.

Objectifs

Eradiquer les formes de travail des enfants et des violences associées faites aux enfants, en particulier les filles, dans le secteur minier et la pêche.

Promouvoir des mécanismes de protection des enfants pour un suivi efficace des politiques de protection de l’enfance, une protection efficace par les garants, et la promotion de l’éducation.

Améliorer le statut socio-économique, la santé et l’environnement des enfants et des jeunes, en particulier des filles, par une meilleure connaissance de la santé et des droits sexuels et reproductifs des adolescent·e·s.

Partenaires locaux

  • SEDIT (Initiatives pour le développement socio-économique en Tanzanie)
  • KIVULINI (ONG de défense des droits des femmes en Tanzanie)

Activités et résultats attendus

PROTECTION DES ENFANTS

  • Actions de prévention des violences visant à transformer les rapports de genre.
  • Formations de travailleureuse·s sociales·aux à la gestion de la protection des enfants.
  • Mise en place de comités VAWC (Violence against Women and Children) pour prévenir et répondre à la violence faite aux enfants et aux femmes.
  • Plaidoyer pour un enregistrement officiel accru des mineurs

SENSIBILISATION

  • Suivi dans les zones d’extraction et de pêche pour assurer l’éradication du travail des enfants au travers d’une collaboration avec les acteur·rice·s concerné·e·s.
  • Sensibilisation à la sécurité, la politique de protection de l’enfance, la réglementation et la modernisation de la technologie.
  • Sensibilisation et dialogues communautaires sur l’importance de la santé sexuelle et reproductive et des droits à la santé sexuelle et reproductive. Dans les écoles : sensibilisation à l’écologie (environmental clubs), aux dangers des violences faites aux femmes et aux enfants et à la santé sexuelle et reproductive (clubs et Gender desk).

SCOLARISATION

  • Identification et soutien des enfants travailleurs et ex-travailleurs, scolarisés ou non.
  • Création d’un environnement scolaire convivial et propice au maintien des élèves.
  • Organisation d’activités extra-scolaires : football, netball, compétitions sportives inter-écoles, etc.

SECURITE ECONOMIQUE

  • Formation sur les compétences de vie, l’entrepreneuriat, la gestion d’entreprise et les compétences en gestion financière.
  • Formation à l’entrepreneuriat en collaboration avec le secteur privé.
  • Formations professionnelles de jeunes filles et jeunes hommes à des métiers choisis par les bénéficiaires et identifiés par l’étude de marché : mécanique, charpente, couture, etc.
  • Constitution de groupes d’épargnes au niveau des villages mais aussi des jeunes, comme moyen d’accéder aux services financiers.

ENVIRONNEMENT

  • Sensibilisation des communautés, des personnes exerçant une activité indépendante dans les secteurs de l’exploitation minière et de la pêche, à la protection de l’environnement.
  • Formation des membres de la communauté sur les politiques environnementales.
  • Soutien des dialogues communautaires sur l’impact de la dégradation de l’environnement.
  • Dans les écoles : les élèves plantent des graines dans les zones sinistrées pour les reboiser.

Participant·e·s

  • 1625 jeunes (60% femmes) âgé·e·s de 14 à 17 ans participent au projet.
  • 12 660 responsables de petites entreprises minières et 4200 pêcheries participent au projet.
  • 270 leaders communautaires, enseignante·s et formateur·rice·s communautaires sensibilisé·e·s à la protection de l’environnement et la plantation d’arbres sont impliqué·e·s.

BAILLEURS

Suivez-nous

Sur instagram