.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Grâce au parrainage, je vais à l’école

Eudel, 8 ans, est une enfant parrainée au Zimbabwe. La vie n’a pas été facile pour elle et sa famille. À la mort de son père, la mère d’Eudel a dû élever seule ses enfants. Maintenant, Eudel va à l’école. Sa mère a pu payer ses frais de scolarité grâce aux actions mises en place par Plan International dans sa communauté avec le parrainage.

SORTIR LES ENFANTS DE LA PAUVRETÉ EN LES PARRAINANT

Comme toutes les petites filles de 8 ans, Eudel aime aller à l’école, jouer avec ses ami.e.s et passer du temps avec sa grand-mère surtout lorsqu’elles cuisinent ensemble.

Cependant, Eudel et sa famille n’ont pas toujours pu profiter de ces bonheurs simples. Vivre dans une communauté rurale du Zimbabwe avec peu de ressources a été un défi quotidien.

« Nous pouvons maintenant payer les frais de scolarité de nos enfants. Nos enfants peuvent aussi boire de l’eau potable et mieux manger. » 

Le père d’Eudel est décédé, c’est sa mère Shylit qui s’occupe seule de toute la famille. Leur situation était très difficile.

Maintenant, grâce au programme de parrainage mis en place par l’ONG Plan International dans la communauté, Eudel et sa famille ont pu briser le cercle de la pauvreté et commencent à rêver à un avenir meilleur.

Shylit travaille dans la production de beurre de cacahuète, un projet qui a vu le jour dans le cadre du programme de parrainage de Plan International, et Eudel va à l’école.

EUDEL EST HEUREUSE, ELLE VA À L’ÉCOLE ET VEUT RÉUSSIR DANS LA VIE 

Eudel fait partie des 40 000 enfants parrainés au Zimbabwe. Sa communauté accède désormais à l’eau potable, à la croissance économique et surtout à l’école, ce qui est très important pour Eudel.

« Eudel peut mieux apprendre et progresser. » 

« Le parrainage nous aide à nous développer. Les activités génératrices de revenus ont changé nos vies. Nous pouvons maintenant payer les frais de scolarité de nos enfants. Avant ce n’était pas possible. Nos enfants peuvent aussi boire de l’eau potable et mieux manger. Ils bénéficient d’une alimentation plus équilibrée. Cela a réduit la malnutrition dans la communauté », explique Shylit.

« Eudel peut mieux apprendre et progresser à l’école », continue sa mère. « Si elle termine ses études et trouve un emploi, elle pourra à son tour guider les autres enfants dans le besoin et les aider à changer leur avenir. »

Dorénavant, Eudel est heureuse. Elle a toutes les cartes en main pour profiter pleinement de son enfance, aller à l’école et réussir dans la vie. 

Suivez-nous

Sur instagram