.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Je vais mourir de faim si rien n’est fait

« Les hommes armés me regardaient, mais je tenais fermement mes deux petits-enfants. Et ils sont partis », raconte Christine. Agée de 65 ans, Christine a fui son village situé dans l’État d’Equatoria-Central au Soudan du Sud. Pourquoi les ont-ils épargné tous les trois ? Elle ne peut l’expliquer. Quelques minutes avant, ils ont assassiné son mari et sa fille sous ses yeux. Désormais, il lui faut fuir le conflit ethnique qui ne cesse de ravager le pays.

Christine se rend dans un village abandonné à 30 kilomètres de chez elle. Mais une nouvelle attaque survient. Dans la précipitation, elle perd ses petits-enfants. «  Je les ai perdus sur le chemin, quand nous avons été attaqués une nouvelle fois. Je ne sais pas où ils se trouvent maintenant. »

« Les hommes armés me regardaient, mais je tenais fermement mes deux petits-enfants. Et ils sont partis. » 

Âgés de 5 et 7 ans, ils ont disparu il y a maintenant plus d’un mois. Aujourd’hui, elle n’a plus espoir de les retrouver et il ne lui reste rien que les vêtements qu’elle porte sur elle et le souvenir hanté des attaques du village. « Je vais mourir si rien n’est fait. »

L’ONG Plan International a entamé au début du mois de février une distribution de nourriture dans la région. De quoi soulager Christine et les autres familles vivant dans le village et aux alentours : des tasses, des assiettes, une casserole, une natte, une couverture et une moustiquaire garantissent aux familles le strict nécessaire pour tenter de se reconstruire.   

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a distribué de la nourriture en novembre 2016 et en janvier 2017. Mais son stock diminue à mesure que le nombre de déplacés arrivant au village ne cesse de s’accroître.

La famine a récemment été déclarée dans deux régions du Soudan du Sud à la suite de trois années de guerre civile, d’une crise économique sévère et d’une sécheresse persistante.

Un rapport émanant du gouvernement sud-soudanais et de trois agences des Nations unies estime qu’un million de Sud-Soudanais sont sur le point de mourir de faim si aucune aide internationale ne parvient sur place. 

Plan International intervient pour venir en aide aux réfugiés Sud Soudanais dans la corne de l’Afrique, soutenez nos actions ! 

Suivez-nous

Sur instagram