.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

La crise actuelle au Mozambique a entraîné des défis considérables dans les provinces du Sud. Comme les écoles étant fermées pour limiter la diffusion du COVID-19 et les terres agricoles arides n’étant pas capables de produire des cultures, de nombreux enfants ont dû mettre de côté l’école pour aider leur famille à rechercher de la nourriture.

Le travail des enfants devenant la norme plutôt que l’exception : il est à craindre que de nombreux enfants abandonnent l’école et soient obligés à travailler pour subvenir aux besoins de leur famille.

L’accès à l’éducation remis en question à cause de la crise alimentaire 

Elena, 12 ans, vit dans une petite communauté dans le district de Panda. Elle n’a pas pu aller régulièrement à l’école ces 12 derniers mois, car elle travaille pour aider sa famille à acheter de la nourriture. Elena est une des enfants dont la vie a été impactée par la crise alimentaire, en concentrant son attention sur les activités génératrices de revenus plutôt que sur son éducation.

« Je vais généralement à l’école lorsqu’il y a assez de nourriture à la maison, puisque c’est le seul moment où je ne dois pas travailler aussi dur. Sinon, je dois trouver quelque chose pour gagner de l’argent et pour que ma mère puisse acheter à manger. Aujourd’hui, je vends de la paille, qui sert à couvrir les huttes, mais au début de l’année, je vendais des noix de cajou. Maintenant je ne vais plus à l’école, je me concentre uniquement sur la vente pour pouvoir gagner de l’argent pour la nourriture », dit Elena. 

Elena et sa famille survivent généralement avec un repas par jour, et dans des circonstances extrêmes, ils calment leur faim avec du thé qu’ils boivent pour se sentir rassasiés, ce qui leur permet de passer plus de temps sans manger. Ils le font généralement pour étendre leurs maigres réserves de nourriture ou pour leur donner plus de temps pour vendre des marchandises afin d’acheter de quoi manger.

Georgina, mère de cinq enfants, rencontre elle aussi des difficultés pour trouver de la nourriture et de l’eau pour sa famille. Les enfants de Georgina ne vont plus à l’école car elle craignait qu’ils soient trop faibles à cause de la faim et pour qu’ils aillent chercher de la nourriture avec le peu d’énergie dont ils disposent. 

« Mes enfants ne sont pas allés à l’école car ils devaient nous aider à trouver de quoi nous nourrir. Mon mari et mon aîné de 11 ans, partent chasser des singes ou des lapins, et si par bonheur ils en trouvent, ce sera le repas du jour pour 7 d’entre nous, » nous explique Georgina. 

Les actions de Plan international

Le programme de lutte contre les sécheresses de Plan International aide les communautés qui sont confrontées à des pénuries alimentaires extrêmes comme celle d’Elena et Georgina. Les familles ayant des enfants en âge d’aller à l’école primaire reçoivent cinq kilos de farine de soja pour atténuer les effets de la crise sur le court terme. 

Tous mes enfants sont retournés à l’école

« Je ne pensais pas qu’un programme comme celui-ci existait dans un district comme Panda, j’aurais aimé que mes frères et moi en ayons bénéficié plus tôt parce que nous sommes cinq enfants et que nous aurions tous pu retourner à l’école si nous avions eu assez de nourriture à la maison. S’il y a de la nourriture à l’école lorsque nous serons autorisés à y retourner, je retournerai à l’école pour ne plus avoir à vendre » dit Elena.

Plus de 5 000 enfants ont bénéficié de cette aide dans le district de Panda, où le manque de pluie a transformé la pénurie de nourriture en crise. 

S’ils n’ont pas à se soucier de la provenance de leur prochain repas, nous espérons que davantage d’enfants pourront retourner à l’école. « Tous mes enfants sont retournés à l’école. Ma fille peut aussi m’aider à aller chercher de l’eau après l’école car elle a maintenant suffisamment d’énergie pour porter les seaux, » dit Georgina. 

Suivez-nous

Sur instagram