Fermer

Urgence : crise alimentaire mondiale

Je fais un don
Fermer

Urgence : crise alimentaire mondiale

Je fais un don
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Parrainée à 6 ans, je m’engage avec Plan International au Guatemala à 22 ans

Elizabeth avait 6 ans quand elle a été parrainée par Plan International. Adolescente, elle s’est engagée auprès de notre organisation pour défendre l’égalité filles-garçons. Et aujourd’hui, à 22 ans, elle travaille pour notre ONG au Guatemala, elle est adjointe au parrainage, ce qui finance ses études à l’université. Témoignage.

MES PARENTS M’ONT TOUJOURS SOUTENUE

Ma mère et mon père, qui avaient dû quitter l’école trop tôt, s’étaient toujours promis que leurs enfants auraient plus de chance qu’eux.

Pour obtenir conseils et aide pour élever ses enfants et comprendre quels étaient leurs droits, ma mère a rejoint le Réseau de protection l’enfance de Plan International. Aussi, lorsque j’ai parlé de participer au groupe des jeunes, elle a tout de suite été d’accord.

Dans ce groupe, j’ai beaucoup appris. J’ai développé ma capacité à parler en public. Avant, j’étais gênée parce que je n’étais pas sûre de moi. Maintenant je sais que mes idées sont justes et que je dois les partager avec d’autres

J’AI LE DROIT DE CHOISIR MA VIE

Souvent, les filles de ma communauté emménagent avec leur petit ami vers l’âge de 13 ans. Et il est courant qu’à l’âge de 17 ans, elles reviennent vivre chez leurs parents avec 3 enfants à charge, parce qu’elles ont été abandonnées par leur partenaire.

« Avec Plan International, j’ai appris à dire non, personne n’a le droit de me forcer à faire ce que je ne veux pas faire. »  

Moi, j’ai eu la chance d’apprendre quels sont mes droits et devoirs. Je sais par exemple que je peux faire le choix de ne pas me marier trop jeune. Grâce aux ateliers de Plan International sur la santé sexuelle et les droits reproductifs, j’ai appris à dire non, j’ai appris que personne n’a le droit de me forcer à faire ce que je ne veux pas faire. C’est à moi de choisir le genre de vie que je veux pour moi et ma famille.

NOUS SOMMES LA VOIX DE TOUTES LES FILLES

Avec mon groupe de jeunes, nous nous considérons comme des porte-parole pour l’égalité des sexes. Nous avons voyagé à travers le pays pour partager nos expériences et, en même temps, découvrir comment sont traités les garçons et les filles dans les différentes communautés.

Nous sommes la voix de toutes les filles que nous rencontrons. Nous avons pu parler librement des problèmes qui menacent les filles, tels que la violence et le mariage des enfants. Comme à Carchá dans le centre du pays où nous avons participé à un événement avec le maire.

J’AIME BEAUCOUP MON TRAVAIL CHEZ PLAN INTERNATIONAL

J’ai commencé à travailler avec Plan International à Jalapa dans le sud-est en tant que consultante, et maintenant je suis au bureau de Plan International à Guatemala, la capitale. 

Je suis assistante au service du parrainage. Mon travail consiste à recevoir et enregistrer tous les documents de parrainage et les photographies. J’aime mon travail ici. J’ai beaucoup appris et je me sens très responsable, car toute erreur peut créer des problèmes pour les enfants parrainé·e·s et leurs marraines et parrains.

Ce travail me permet de payer mes études à l’université de Jalapa. Je veux devenir psychologue et obtenir un emploi stable pour soulager les gens qui ont des problèmes psychologiques.

S’impliquer avec Plan International est un excellent moyen d’aider les jeunes et leurs parents. J’ai moi-même pu constater que les adultes pouvaient changer d’avis de manière significative concernant l’éducation des filles et l’égalité des droits entre les filles et les garçons.

Suivez-nous

Sur instagram