Fermer

Urgence : crise alimentaire mondiale

Je fais un don
Fermer

Urgence : crise alimentaire mondiale

Je fais un don
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Kadjidja, une petite Togolaise, n’avait que 7 mois lorsqu’elle a été amputée de la jambe droite. Jusqu’à ses 4 ans, elle ne pouvait sortir de chez elle que portée par sa mère ou soutenue par ses frères et sœurs. Puis elle a marché à l’aide une canne. Puis elle a été équipée, par Plan International, d’une prothèse qui lui permet maintenant de se déplacer librement.

Kadjidja a perdu sa jambe à 7 mois

Elle était allongée à côté de sa mère qui vendait des perles au bord d’une route très fréquentée lorsqu’un conducteur a perdu le contrôle de son véhicule et a roulé sur la jambe de Kadjidja. Elle a été transportée d’urgence à l’hôpital, mais les médecins n’ont pas pu sauver sa jambe et ont été contraints de l’amputer. 

Fille debout

Pas assez d’argent pour une prothèse

« Pendant 6 mois après l’accident, je n’ai plus pu travailler car je devais m’occuper de Kadjidja. Mes économies se sont vite épuisées. Jusqu’à ses 4 ans, je l’ai portée sur mon dos partout où je devais aller. », explique la mère de Kadjidja, Nana. 

« J’ai alors été orientée vers le Centre Régional d’Équipement Orthopédique (CRAO) pour obtenir un dispositif d’aide à la mobilité. Malheureusement, mon mari et moi n’avons pas pu couvrir les frais qui s’élevaient à 360 000 CFA (468 euros). »

Bloquée la plupart du temps à la maison

Jusqu’à l’âge de 4 ans, Kadjidja ne pouvait se déplacer qu’avec l’aide de sa mère et de ses frères et sœurs. 

« Je devais ramper ou sauter sur un pied pour me déplacer, c’était très difficile alors je restais tout le temps à la maison. Si ma mère ne trouvait personne pour s’occuper de moi, elle me mettait sur le dos pour sortir. Mes seuls amis étaient ma famille. Je ne pouvais pas non plus jouer à mes jeux préférés, comme Ampé (un jeu où les enfants sautent en tapant dans les mains) ou cache-cache. »

Une canne pour pouvoir aller à l’école 

Ses parents lui ont fabriqué une canne en bois pour l’aider à se déplacer, et grâce à cela, elle a pu aller à l’école. 

« Avec ma canne en bois, je pouvais me déplacer toute seule, mais c’était quand même difficile et je devais marcher lentement. Pour arriver à l’heure à l’école, qui est loin de chez moi, je devais y partir beaucoup plus tôt que les autres enfants. Dans la cour, j’étais toujours seule car je ne pouvais pas jouer, surtout aux jeux qui obligent à se tenir debout sur 2 pieds. Ca me rendait triste », raconte Kadjidja. 

Equipée d’une prothèse par Plan International

Aller à l’école ne sera bientôt plus un problème pour moi

En 2020, Plan International a commencé à travailler avec le CRAO et a financé des équipements orthopédiques pour 12 enfants et jeunes de la région centrale du Togo. Kadjidja, maintenant âgée de 8 ans, a été identifiée comme ayant besoin de soutien et, en juin 2021, elle a été équipée d’une prothèse de jambe. 

« J’aime beaucoup cette prothèse car elle ressemble à mon pied. J’ai tout fait pour m’y habituer très vite. Je suis très contente car j’ai abandonné progressivement ma canne et je commence à jouer et avoir des amis ! Aller à l’école ne sera bientôt plus un problème pour moi. Et je m’efforcerai de toujours bien travailler pour sortir de la pauvreté dans laquelle vivent mes parents », dit Kadjidja.   

Suivez-nous

Sur instagram