« J’avais peur de retourner à l’école, d’être emmenée par l’eau et de me noyer », explique Jessica, 8 ans.
Comme elle, des milliers d’enfants ont vu leur scolarité suspendue lorsque le cyclone Idai a frappé la ville de Beira au Mozambique, le 14 mars 2019. L’ONG Plan International est intervenue en urgence pour secourir les victimes et un an après poursuit ses travaux de reconstruction.

jessica rescolarisée après le cyclone idai

Des milliers d’enfants déscolarisés

L’école de Jessica est située au bas d’une colline, la rendant plus vulnérable aux grandes accumulations d’eau et aux inondations. 
Les bâtiments de l’école, déjà fragiles, n’ont pas résisté au passage du cyclone. Les murs et les toits des salles de classe ont été facilement arrachés par les vents violents. Les inondations qui ont suivi ont submergé complètement l’école, forçant les 3 000 élèves à être déscolarisés.

Lorsque l’eau a été évacuée et que les cours ont repris, les salles de classe sans murs, ni toits, ont laissé les enfants sans protection contre les éléments naturels. 
Les filles, en particulier, se sont senties vulnérables. « Le plus difficile était d’aller aux toilettes. Il n’y avait pas de murs, rien, j’avais peur que les garçons regardent. Je n’y allais vraiment pas souvent », explique Jessica.

Pour aider les enfants à retourner à l’école rapidement et dans de bonnes conditions, Plan International a travaillé avec les autorités et les communautés pour reconstruire les établissements détruits.

Reconstruire les écoles pour protéger les enfants 

écoles reconstruites après cyclone idai

Dans l’école de Jessica, 14 salles de classe n’étaient plus utilisables. Dans un premier temps, Plan International a fourni des bâches pour créer des écoles temporaires.
Ensuite, les travaux ont commencé pour reconstruire de vraies salles de classe formelles.
Pour le moment, 8 sont terminées, 6 le seront bientôt et la cantine a été récemment rénovée.

Les blocs sanitaires ont aussi été reconstruits, au grand soulagement de Jessica : « Personne ne peut nous voir. Je ne m’inquiète plus pour les moustiques car le sol est en ciment maintenant et non boueux. Nous avons même un lavabo, je me lave les mains tout le temps », confie-t-elle.

Les travaux de construction suivent des directives élaborées par ONU Habitat pour garantir la résistance des bâtiments aux catastrophes naturelles. 
« Si l’école n’avait pas été réparée, j’aurais été très triste car il n’y a pas d’autre école où je peux aller », explique Jessica.

Bien que certaines classes fonctionnent encore sous des tentes, tous les élèves sont retournés en cours avec encore plus d’inscrit.e.s qu’auparavant.

Jessica est devenue une membre active de son école. Elle aime les murs de l’école aux couleurs vives : « Je viens tous les jours. Comme le vert est ma couleur préférée, j’aime encore plus venir à l’école le matin, avec mes deux sœurs aînées. Ce que je souhaite maintenant, c’est que toutes les autres écoles soient reconstruites pour que tous les élèves puissent étudier comme moi . »  

Suivez-nous

Sur instagram