.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Je ne m’imaginais pas que cette expérience allait être aussi forte

René Tangarife et Hélène Cabut , soixantenaires actifs parrainent un enfant depuis 2008, German Elias, jeune Colombien qui a aujourd’hui 15 ans. Ils nous racontent leur histoire.

René : « Nous avons connu les actions de l’ONG Plan International lors d’un évènement  près de chez nous. Un bénévole nous a présenté l’organisation et le principe du parrainage d’enfant dans un autre pays. Et il nous a convaincu. Nous étions déjà engagés auprès d’une autre ONG mais nous souhaitions nous investir davantage auprès des enfants. »

Hélène : « Mon mari est d’origine colombienne. Nous connaissions la situation des enfants là-bas et avions une plus grande proximité avec ce pays. C’est pourquoi nous avons choisi de parrainer un enfant colombien. »

R : « Nous avons pris contact rapidement avec Plan International et avons commencé à parrainer German-Elias en automne 2008. La première année, nous avons échangé quelques lettres et des photos pour apprendre à se connaître. Nous sommes allés à la rencontre de notre filleul en 2010 pour la première fois ! Nous avons rencontré German-Elias, sa famille et avons visité sa communauté grâce à l’aide de l’équipe sur place de l’ONG qui a organisé cette rencontre. Par la suite nous avons continué à  nous envoyer des courriers 3 ou 4 fois par an. En octobre 2016, nous somme de nouveau allés rendre visite à German-Elias, qui avait grandi. Nous avons vu aussi des personnes de son lycée, le directeur de son école et ses professeurs !

Entre nos deux visites, nous avons constaté les changements évidents dans le quartier où vit German Elias. Il n’y avait rien en 2010 pour accueillir les populations déplacées : pas d’infrastructures, de services, d’électricité ou d’hôpital. Aujourd’hui, les choses ont bien changé ! Plan International aide les familles à développer leurs activités ; par exemple, l’ONG organise des formations à l’informatique pour les jeunes. Ils apprennent ainsi à développer leurs connaissances dans le domaine. Il est aussi intéressant de voir le travail mené par Plan International en local et le travail d’accompagnement des enfants à l’école. »

« Les visites rendent le parrainage d’enfant beaucoup plus humain… C’est très sympathique et très émouvant. » 

H : « Les visites rendent le parrainage d’enfant beaucoup plus humain… C’est très sympathique et très émouvant. C’est une expérience qui nous a beaucoup touchée. Je ne m’imaginais pas que cette expérience allait être aussi forte. Parrainer un enfant, c’est aider toute une communauté à travers un lien particulier avec un enfant et une famille. »

R : « Oui, et ça permet une ouverture pour notre filleul et sa famille sur un nouvel horizon, avec les photos et les histoires que l’on s’échange. » 

Suivez-nous

Sur instagram