.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Nirmala avait 7 ans en avril 2015 lorsqu’un tremblement de terre d’une magnitude 7,8 sur l’échelle de Richter a frappé le Népal et fait 8 000 morts. Un mur s’est effondré sur sa jambe, la blessant très gravement : elle a dû être amputée. Comme son amie Khendo qui avait 9 ans. Et pourtant, toutes les 2 vont aujourd’hui à l’école et ont plein de projets.

La double peine pour les filles en situation de handicap

Aujourd’hui, elles jouent au badminton dans la cour de l’école. Elles ne réussissent pas souvent à frapper le volant mais peu importe, elles sont heureuses. Elles aiment faire les mêmes choses que les enfants de leur âge, comme dessiner et chanter, mais aussi jouer et aller à l’école ce qui est plus compliqué lorsqu’on n’a qu’une seule jambe.

Leur monde s’est effondré

Khendo a perdu sa grand-mère et une de ses sœurs pendant le tremblement de terre qui a tué 8 000 personnes et en a blessé 22 000. 

« J’étais en train de regarder la télévision avec une amie et un mur s’est effondré sur ma jambe. » raconte Nirmala. « Avant le tremblement de terre, mon père m’envoyait faire des courses au marché. Maintenant je ne peux plus le faire et ça me manque. »

Aujourd’hui, elles ont la chance d’aller à l’école

Trois ans plus tard, les 2 amies vivent maintenant à Katmandou, dans un pensionnat destiné aux enfants handicapé·e·s. 
Être une fille et de surcroît handicapée complique leur accès à l’éducation : elles considèrent qu’elles ont beaucoup de chance car, dans les pays en développement, seuls 10 % des enfants en situation de handicap vont à l’école.

Cependant, la vie n’est pas toujours facile. « De temps en temps, mon père et ma mère me manquent. Je ne les vois que pendant les vacances. » 

Mais les filles ont compris l’importance de l’éducation et nourrissent de grands projets d’avenir. Nirmala veut être médecin, Khendo se passionne pour les sciences et les maths.

Plan International travaille avec et pour les enfants handicapés

« Même avec une jambe artificielle, je peux faire tout ce que je veux ! »

La double peine pour les filles en situation de handicap

Plan International travaille avec des enfants comme Khendo et Nirmala au Népal pour les aider à faire valoir leurs droits et ouvre des internats spécialement équipés pour répondre aux besoins des enfants handicapé·e·s, à Katmandou. Nos programmes améliorent l’accessibilité et la qualité de l’éducation ; ils mettent en place des systèmes de protection des enfants handicapé·e·s et des mesures de prévention des catastrophes.

Nirmala et Khendo partagent tout, leur chambre, leurs défis et leurs secrets. « Je suis heureuse que personne ne m’embête ici. J’aime les gens et je suis heureuse ici », se réjouit Nirmala qui a fait le choix du bonheur plutôt que celui de la peur.

« Même avec une jambe artificielle, je peux faire tout ce que je veux ! », conclut Nirmala.

Suivez-nous

Sur instagram