12 millions de filles dans le monde sont victimes de mariages précoces et forcés. Au Bangladesh, 66 % des filles sont mariées avant leurs 18 ans. C’est pourquoi Plan International a mis en place une application mobile qui permet de mettre fin aux mariages d’enfants : en 6 mois seulement, plus de 3 700 mariages précoces ont été empêchés ! Comment ? En ciblant les entremetteurs…

L’innovation à l’encontre des pratiques ancestrales néfastes

Une nouvelle application pour smartphone est actuellement développée et promue par le gouvernement bangladais et Plan International pour mettre fin à la coutume millénaire des mariages précoces et forcés en quelques clics.

En 6 mois seulement, période pilote de l’application, plus de 3 700 mariages précoces ont été empêchés ! 

Au Bangladesh, en zones rurales, il est de tradition d’employer des entremetteurs et des marieuses afin d’arranger les mariages entre familles depuis des générations. Des millions de filles dans le pays sont données très jeunes à des hommes qu’elles connaissent peu ou pas par des entremetteurs, des marieuses et des chefs religieux.
Ces personnes sont engagées par les familles pour trouver des partenaires convenables, en dépit des choix et de l’âge des futur·e·s marié·e·s et sont très peu informées des conséquences terribles des mariages d’enfants : viols, grossesses précoces, traumatismes sévères, déscolarisation…

Mosamat Julekha Begum a 65 ans et vit à Bhurungamari Upazila, un quartier au nord de Kurigram, au Bangladesh. Cela fait 20 ans qu’elle est marieuse et a arrangé plus de 500 mariages. Elle fut elle-même donnée en mariage mineure par ses parents. 

« Quand j’ai été mariée à 15 ans, je ne me rendais pas compte de ce que cela signifiait. À l’époque, les mariages d’enfants étaient considérés comme normaux. Je savais juste que j’allais devoir quitter mes parents », témoigne-t-elle. « Dans mon village, les filles sont mariées très jeunes, je ne connaissais pas les effets dévastateurs des mariages précoces et forcés avant ma formation chez Plan International. J’ai moi-même marié beaucoup de filles mineures », confesse la marieuse.

L’application mobile qui change les mentalités 

Mosamat a été sensibilisée aux conséquences néfastes des mariages d’enfants et utilise aujourd’hui l’application de Plan International sur son téléphone portable. Depuis, elle fait respecter la loi contre les mariages précoces dans sa communauté et sensibilise à son tour les familles qui viennent à elle.

« Jusqu’à présent, personne ne semble contrarié que j’utilise l’application contre les mariages d’enfants, les membres de la communauté me respectent et ne voient pas de problème à l’utiliser. Les familles viennent toujours me voir pour les mariages, mais à présent je suis attentive à l’âge des enfants à marier, je veille à ce qu’ils soient majeur·e·s. J’ai décliné plusieurs opportunités car les filles étaient très jeunes », ajoute Mosamat. 
« J’ai 4 enfants, dont 2 filles, toutes et tous marié·e·s. Une de mes filles m’a fait le cadeau d’être grand-mère d’une jolie petite fille. Je veux qu’elle reçoive une éducation, qu’elle puisse avoir un métier et bâtir son futur elle-même. Je ne veux pas qu’elle soit mariée jeune comme je l’ai été. »

L’application qui a d’abord été lancée au niveau local dans la ville de Kurigram, au nord de l’Etat, a connu un fort succès. Elle est aujourd’hui développée par Plan International pour être lancée à l’échelle du pays entier, en adéquation avec l’objectif du gouvernement : l’élimination totale des mariages précoces au Bangladesh en 2041.

« Il faudra de nombreuses années pour arriver à convaincre 160 millions d’habitants de mettre fin aux mariages arrangés, précoces et forcés », explique Muhammad Adbul Halim, Directeur général de l’unité d’innovation du gouvernement. « Un moyen plus rapide et plus efficace d’arriver au même point est de convaincre les 100 000 entremetteurs, marieuses et registraires de mariage des effets néfastes des mariages précoces et du rôle déterminant qu’elles et ils peuvent jouer pour y mettre fin ».   

Suivez-nous

Sur instagram