.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Le parrainage, c’est de la solidarité, de l’amour et de la générosité

Depuis 5 ans, Dominique Bertrand et son mari sont les heureux parrains de Tâm, un petit garçon vietnamien. En juin 2016, ils lui ont rendu visite pour la 3ème fois ! Dominique revient pour nous sur cette expérience émouvante.

« En 2009, nous sommes partis au Vietnam avec des amis qui parrainaient déjà à travers d’autres ONG ; le principe du parrainage nous intéressait beaucoup. En rentrant, nous avons lu un article sur Plan International et nous nous sommes lancés dans l’aventure. Avec mon mari, nous sommes alors devenus parrain et marraine de Tâm. Ce petit bout de chou avait 3 ans à l’époque !

Du fait de son âge, on ne correspondait pas beaucoup avec lui mais on s’envoyait des photos. C’était très émouvant de recevoir des photos de lui et de le voir grandir. Et il y a eu les voyages pour le rencontrer ! Le premier voyage a été très protocolaire : nous avons eu le droit à une véritable fête à notre arrivée dans son village mais nous n’avons pas pu passer beaucoup de temps avec Tâm et sa famille. Mais les deux autres fois, ce fût très différent et beaucoup plus convivial. Nous avons pu passer plus de temps avec Tâm. Les personnes de Plan International qui nous accompagnaient parlaient l’anglais et le nung, le dialecte de la communauté où vit notre filleul. Ainsi, les échanges étaient plus simples. Et c’est toujours beaucoup d’émotion quand on offre de petits cadeaux à Tâm, son frère et toute sa famille.

« On parraine un seul enfant, mais cela profite à toute sa famille et sa communauté »

Lors de nos visites, j’ai vu que les choses bougeaient. J’ai pu visiter l’école, rencontrer les professeurs et voir des enfants heureux ! Il y a des séances de lecture et on parle aussi d’hygiène. Même dans la maison de mon filleul, on peut voir des améliorations. Par exemple, lors de notre première visite, ils dormaient tous dans la même pièce de la maison ; désormais, chaque enfant à sa chambre. Les murs ne sont pas très épais, mais c’est déjà ça. On parraine un seul enfant, mais cela profite aussi à son petit frère, à toute sa famille et à sa communauté.

Pour moi, le parrainage c’est de la solidarité, de l’amour et de la générosité.  Ce n’est pas que donner,  c’est aussi recevoir énormément ! On pense beaucoup à notre filleul mais aussi à Quecht, son petit frère et à sa famille. » 

Suivez-nous

Sur instagram