.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Alors que la pandémie de Covid-19 accélère considérablement l’usage des plateformes en ligne, la fracture numérique persiste et continue d’exclure les filles et les femmes. À l’occasion de la Journée internationale des filles, l’ONG Plan International France et le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) lancent une publication conjointe et rappellent que l’éducation au numérique constitue un levier fondamental pour atteindre l’égalité de genre.

91 % des filles et des jeunes femmes restent préoccupées par les fake news en ligne. C’est ce que l’ONG Plan International constate dans une étude menée auprès de 26 000 adolescentes et jeunes femmes dans 32 pays.

7 filles et jeunes femmes sur 10 n’ont jamais appris à repérer les fausses informations en ligne

Interrogées sur la manière dont Internet façonne leur apprentissage et leur activisme, 7 filles et jeunes femmes sur 10 déclarent ne jamais avoir appris à repérer les fausses informations en ligne.  Des fausses informations qui affectent leur droit à la participation, à l’éducation et à la liberté d’expression. L’ONG Plan International France rappelle que les adolescentes doivent disposer des compétences nécessaires pour utiliser Internet en toute sécurité. L’éducation au numérique reste une condition indispensable pour leur permettre de réaliser leur potentiel et de devenir des citoyennes actives. 

L’ONG Plan International France demande aux gouvernements : 
– D’établir des programmes complets d’apprentissage du numérique, y compris dans le cadre des programmes d’enseignement scolaire, et cela dès le primaire, afin de répondre aux besoins spécifiques des filles et des jeunes femmes. 
– D’apporter un appui financier et technique aux organisations de jeunes féministes, en particulier celles qui luttent contre la désinformation et les violences de genre en ligne.
– De lutter contre la fracture numérique de genre et de reconnaître les normes néfastes qui limitent l’inclusion numérique des filles 
– D’encourager la participation effective des filles et des organisations de la société civile aux discussions politiques et législatives afin de veiller à ce que la réglementation des plateformes en ligne tienne compte de leurs expériences et besoins spécifiques. 

L’ONG Plan International France demande aux plateformes en ligne : 
– De reconnaître et de traiter les conséquences qu’ont les fausses informations et la désinformation sur les filles en particulier, en s’associant également aux efforts de lutte contre les violences de genre en ligne.

Les principaux résultats de cette étude seront présentés le 11 octobre lors d’un évènement en ligne co-organisé avec l’Unesco et le MEAE : Génération numérique. Notre génération : Apprendre à l’ère du Covid-19

Lire le rapport « Pour une éducation inclusive des filles et des jeunes femmes au numérique ».

Suivez-nous

Sur instagram