.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Face au manque de moyens pour enregistrer les enfants à la naissance dans les communautés isolées, Plan International innove avec la création d’un système d’enregistrement simple et efficace par le biais des téléphones mobiles. Au Kenya, ce dispositif a permis une hausse de 68% du taux d’enregistrement des enfants.

Le téléphone mobile au service de l'enregistrement des naissances

Enregistrer un enfant : une démarche encore trop complexe

Parmi les nombreux obstacles existants à l’enregistrement des naissances, celle de la distance pour se rendre dans un centre pour déclarer son enfant est déterminante. Les parents n’ont pas toujours les moyens financiers et logistiques pour faire le déplacement. De plus, sur place, ils doivent également faire face au manque de personnel pour saisir leur demande. De ce fait, il est commun de devoir attendre plusieurs jours afin de faire enregistrer son enfant auprès d’un fonctionnaire de l’état civil. 

Alors que 230 millions d’enfants de moins de 5 ans sont des enfants « fantômes » dans le monde, sans identité, il est indispensable d’innover et de trouver de nouvelles solutions qui s’adaptent au contexte des pays, aux habitudes des populations, ainsi qu’aux contraintes auxquelles elles doivent faire face au quotidien.

Les nouvelles technologies au service de l’enregistrement des naissances

Les nouvelles technologies au service de l’enregistrement des naissances

Pour répondre à cet enjeu, Plan International a initié un programme innovant de « digitalisation » de l’enregistrement des naissances, avec pour objectif d’informatiser cet acte officiel et de le rendre disponible sur téléphone mobile.

En effet, les téléphones mobiles permettent de numériser facilement et rapidement les données sur l’identité d’un enfant et d’assurer ainsi des droits égaux aux enfants des zones urbaines et rurales.

L’enregistrement des naissances par mobile permet ainsi :

Au Kenya : les téléphones mobiles ont permis de doubler le taux d’enregistrement des naissances

Au Kenya, ce programme a permis une augmentation de 68% du taux d’enregistrement de la population.

Pour répondre au faible taux d’enregistrement des naissances au Kenya, un projet pilote a été mis en œuvre en 2015 dans la région de Kwale, au sud du pays, avec pour objectif de tester le potentiel des téléphones mobiles pour l’enregistrement des naissances de 5 communautés rurales.

Le système s’est appuyé sur des agents communautaires, qui, une fois la naissance d’un enfant constatée, ont relayé les informations relatives à sa naissance au registre civil (niveau du district ou national) grâce aux téléphones mobiles distribués. Ces données reçues ont été intégrées dans le système national d’enregistrement, puis ont été lues et validées par l’agent du registre national ou du district.

L’identité du nouveau-né est alors créée dans le système central, puis envoyée aux parents sur leur téléphone mobile, sous forme d’une « identité mobile » dans un premier temps. Par la suite, ils reçoivent également une version papier.

Sur instagram