Selon la Banque mondiale, dans 90% des pays, il existe au moins une loi qui fait obstacle à l’égalité économique des femmes, et dans 18 pays, une femme doit demander l’autorisation à son mari pour travailler. Pour mettre fin à cette situation, Plan International porte 4 nouveaux objectifs et fait entendre sa voix à la Commission de la condition de la femme de l’ONU du 13 au 24 mars 2017.

Plan International participe à la Commission de la condition de la femme à l’ONU

La 61eme session de la Commission de la condition de la femme se tiendra au siège des Nations Unies à New York du 13 au 24 mars 2017.

Cette commission est le principal organe intergouvernemental dédié à la promotion de l’égalité filles-garçons et à l’autonomisation économique des femmes. Elle joue un rôle déterminant dans la promotion des droits des femmes.

Le thème prioritaire de la session 2017 est « L’autonomisation économique des femmes dans un monde du travail en pleine évolution ». Elle portera sur les liens entre autonomisation économique des femmes et égalité femmes-hommes.

L’objectif général de la participation de Plan International à cette commission est de promouvoir l’inclusion des filles dans la discussion mondiale sur l’autonomisation économique des femmes en soulignant l’importance d’éliminer les obstacles à l’égalité des chances et d’adopter une approche du cycle de vie pour l’autonomisation économique.

La délégation de Plan International sera dirigée par la directrice générale, Anne-Birgitte Albrectsen, et comprendra deux jeunes délégués égyptiens ainsi que des experts de toute la fédération. Ce sera également l’occasion pour l’ONG de promouvoir sa nouvelle stratégie.

Apprendre, diriger, décider et s’épanouir : les 4 objectifs de Plan International pour 100 millions de filles

Plan International a pour ambition de transformer la vie de 100 millions de filles au cours des 5 prochaines années.

Pour cela, l’organisation agit pour assurer un environnement favorable aux filles où elles peuvent apprendre, diriger, décider et s’épanouir. Et pour y parvenir il est crucial d’obtenir des changements dans les politiques, les lois et les pratiques nationales conformément aux Objectifs de Développement Durable.

Les inégalités entre les filles et les garçons sont l’une des causes principales de la pauvreté dans le monde. Grâce à nos programmes et à nos actions de plaidoyer, nous travaillons à renforcer la position des filles, à promouvoir leurs droits et à répondre à leurs besoins spécifiques. Nous mettons particulièrement l’accent sur les filles qui sont les plus vulnérables et qui font partie de groupes exclus, comme des groupes ethniques minoritaires ou les filles en situation de handicap.

Notre travail consiste à lutter contre les discriminations et à garantir aux filles la connaissance et le respect de leurs droits, la santé sexuelle et reproductive, l’élimination des obstacles à leur éducation et l’augmentation de leurs chances d’autonomie financière. 

Suivez-nous

Sur instagram