Fermer

Urgence : crise alimentaire mondiale

Je fais un don
Fermer

Urgence : crise alimentaire mondiale

Je fais un don
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

En Papouasie-Nouvelle-Guinée, Madi, 12 ans, participe au programme de promotion de l’égalité, dispensé dans les écoles par Plan International. Ce programme permet aux filles et aux garçons de découvrir qu’elles et ils ont les mêmes droits et vise à réduire la violence sexiste en incitant les filles et les garçons à établir des relations respectueuses à la période difficile de l’adolescence.

Chez mon père, filles et garçon sont considéré·e·s comme égales et égaux

« En Papouasie-Nouvelle-Guinée, les garçons considèrent les filles comme moins que rien. Ils nous disent souvent :  « Vous n’êtes pas ni la reine, ni même la cheffe, alors qui êtes-vous pour nous dire ce que nous devons faire ? » 

Ma mère a épousé un homme de Bougainville et a quitté mon père. Nous vivons avec lui depuis. C’est compliqué parce que je dois prendre soin de mes petites sœurs. L’une a 10 ans et l’autre 4 ans. Mon frère, lui, a eu 14 ans cette année.

Notre mère ne vient jamais nous voir. Ce n’est pas facile d’avoir des parents séparés. Mais nous, les enfants, sommes tous les 4 considérés de la même manière, les filles comme le garçon. Nous vivons avec notre papa et notre grand-mère. Notre papa joue le rôle du père et aussi de la mère. Je suis tellement désolée pour lui, c’est pour lui que j’essaie d’aller tous les jours à l’école.

Nous devons nous faire respecter

Parfois à l’école, les garçons s’en prennent aux filles. Les garçons font plein de choses pour embêter les filles, par exemple en les traitant de noms dégoûtants. Les garçons fument, boivent et se droguent. Parfois, nous en parlons à nos enseignant·e·s, mais elles ou ils ne font rien.

Lorsque les garçons maltraitent les filles, les filles ne réagissent pas. Elles n’essaient pas de faire respecter leurs droits – elles pensent qu’il n’y a rien à faire. Mais ce n’est pas vrai. En tant que jeunes femmes, nous devons nous rebeller et convaincre les garçons qu’il n’est pas normal de harceler les filles. Nous devons faire valoir nos droits de sorte qu’ils comprennent que ce qu’ils font n’est pas bien et qu’ils devraient arrêter.

Les garçons ont changé leur attitude

Quand Plan International est arrivé dans notre école, certains garçons ont modifié leur attitude et ont commencé à nous respecter, ce qui a facilité notre vie quotidienne. Le programme de promotion de l’égalité pousse au changement. Au début, les garçons ne voulaient pas jouer avec nous, les filles. Ils se mettaient toujours en avant et tentaient de nous distancer. Mais au bout d’un certain temps, ils nous ont traités comme des sœurs et ont accepté de jouer avec nous à égalité.

Tous les vendredis, je raconte à mon père tout ce que j’ai appris à l’école. Il est vraiment content. »

Le programme de promotion de l’égalité à destination des écoles de Plan International a été mis en place dans 5 330 écoles de garçons et de filles de la région de Port Moresby. Ce programme, étalé sur 8 semaines, vise à prévenir la violence à l’égard des femmes et des filles en promouvant l’égalité des sexes et en modifiant les attitudes et le comportement des garçons et des filles à l’adolescence. Le programme a été mis en œuvre en partenariat avec l’ONG locale Equal Playing Field.

Suivez-nous

Sur instagram