.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

A seulement 19 ans, Sabina a décidé de s’engager contre les mariages d’enfants, une pratique très fréquente dans son pays, le Népal. Aux côtés de Plan International, elle sensibilise les filles et fait entendre leurs voix au reste de la société.

Permettre aux enfants de prendre la parole

Sabina a 19 ans, elle vit dans l’est du Népal. Depuis presque 10 ans, elle est une des participantes les plus actives des clubs pour enfants organisés par Plan International. Dans ces clubs de jeunes, la jeune fille a participé à de nombreuses actions visant à sensibiliser sa communauté sur les pratiques traditionnelles qui vont à l’encontre des droits des enfants, en particulier les mariages d’enfants.

 « Les différents projets et activités nous permettent de discuter, de participer et de partager nos idées sur les problèmes que rencontrent les enfants, en particulier les filles. En y participant, j’ai pu trouver l’énergie en moi pour me mobiliser et essayer de faire une différence ! », raconte Sabina.

Dans les clubs pour enfants, les filles se rencontrent régulièrement pour aborder le sujet de leurs droits, de l’éducation sexuelle et reproductive ou des conséquences du mariage précoce.

Même si l’âge légal du mariage est de 18 ans au Népal, 37 % des filles sont mariées de force avant cet âge. Mettre un terme à ces mariages d’enfant est l’une des priorités pour atteindre les Objectifs de développement durables (ODD) signés en 2015 par les états membres de l’ONU, mais au Népal la société évolue très lentement sur le sujet.

L’ONG Plan International lutte contre les mariages précoces à travers le monde avec son programme « 18+ ». Au Népal, nous permettons aux filles de décider elles-mêmes si elles veulent se marier. Nous les aidons à rester scolarisées pour être indépendante et construire leur avenir. Nous privilégions une approche globale pour comprendre les causes profondes à l’origine de cette pratique et trouver les opportunités de changement.

Sabina fait arrêter les mariages d’enfants

Sabina se mobilise pour que les mentalités évoluent au sein de sa communauté. Elle organise des performances théâtrales et fait jouer les filles dans du théâtre de rue afin de sensibiliser sur les conséquences négatives de marier un enfant trop jeune de force, sur les discriminations ou sur les violences faites aux filles et aux femmes. 

Son objectif : des communautés entièrement libérées du mariage précoce et 100 % des enfants scolarisés. « Les filles vivent une situation tragique. Je veux qu’elles puissent toutes connaître leurs droits pour que, toutes ensemble, nous puissions changer notre avenir. »

« Toutes les filles doivent connaître leurs droits pour que, toutes ensemble, nous puissions changer notre avenir. »

L’engagement de Sabina a permis d’arrêter plusieurs mariages, signalés à temps grâce à sa vigilance. Sa détermination est un modèle pour toutes les filles qui veulent faire respecter leurs droits. Sabina organise les activités dans sa communauté, elle a récemment été choisie pour coordonner le réseau des clubs pour enfants et mène aussi des actions de plaidoyer au niveau national. 

Sabina conclut avec force : « En travaillant toutes et tous ensemble, nous pouvons libérer le pouvoir des filles ! Nous ne nous arrêterons pas tant que nous aurons pas été vues, entendues et que nous n’aurons pas la place que nous méritons. »

 

Suivez-nous

Sur instagram