.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

La fondation Plan International France, avec près de 500 autres acteurs humanitaires, a participé à la 4e conférence nationale humanitaire organisée par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères le jeudi 22 mars. L’occasion de présenter la nouvelle stratégie 2018-2022 et de rappeler la nécessité de protéger les enfants et les filles en situation de crise.

C’est face à une salle comble que le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian annonce d’emblée une augmentation des moyens alloués à l’action humanitaire : 500 millions d’euros de contribution bilatérale et multilatérale d’ici à 2022.

Cette contribution triple celle allouée entre 2012 et 2017 et elle répond à un besoin croissant : selon l’ONU, 136 millions de personnes dans le monde nécessiteront une assistance humanitaire et une protection au cours de cette année, en raison de catastrophes naturelles et de conflits et plus particulièrement de crises prolongées – qui durent en moyenne de 8 à 10 ans. 

10 % de l’aide publique au développement 

À l’occasion du comité interministériel de la coopération internationale et du développement (CICID) en février dernier, l’engagement du président de la République, Emmanuel Macron, à porter l’aide publique au développement (APD) française à 0,55 % de la richesse nationale d’ici 2022 a été réaffirmé.  

L’ONG Plan International et ses partenaires de Coordination Sud, la coordination nationale des ONG françaises de solidarité internationale, saluent cette augmentation, mais la jugent encore insuffisante car l’écart entre le montant de l’aide humanitaire et les besoins croissants ne cesse de se creuser. Nous plaidons ainsi en faveur de 10 % de l’APD consacrée à l’action humanitaire, contre seulement 2 % aujourd’hui.  

Nous saluons la préoccupation de la France pour le respect du droit humanitaire international et sa volonté d’une meilleure articulation entre les interventions humanitaires et le développement.   

Les engagements de la France en matière de protection des enfants et des filles

Quinze décisions sont ensuite annoncées (la mobilisation au service de la lutte contre l’impunité et contre les violations du droit international, la création d’un outil simplifié de suivi des financements humanitaires, la mise en place d’un mécanisme de renforcement des capacités des acteurs locaux), parmi lesquelles trois sont dans la lignée des engagements de Plan International France :

Nous souhaitons réaffirmer l’importance vitale d’assurer l’éducation dans les contextes de crise et de fragilité

« Deux semaines après l’annonce de la stratégie égalité femme-homme par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, dont l’éducation des filles constitue la première priorité et la clé de voûte, nous souhaitons réaffirmer l’importance vitale d’assurer l’éducation dans les contextes de crise et de fragilité. Nous espérons que l’augmentation des moyens alloués aux actions humanitaires de la France permette de répondre effectivement à ce besoin essentiel pour l’avenir de millions de filles », souligne Yvan Savy, directeur de la fondation Plan International France. 

Cette conférence se clôture par l’intervention de Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, qui rappelle l’importance de la solidarité dans l’action humanitaire et du respect de la dignité des femmes et des hommes affectés par les crises. 

Pour consulter la nouvelle stratégie humanitaire de la France : cliquez ici

Suivez-nous

Sur instagram