.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Il y a près d’un mois, un violent séisme de 7,4 sur l’échelle de Richter suivi d’un tsunami dévastait l’île de Célèbes en Indonésie. Provoquant de graves inondations, la catastrophe a détruit la majorité de l’île et forcé des milliers de familles à se réfugier dans des camps. Plus de 46 000 enfants ont encore besoin d’aide humanitaire selon l’ONU. Au total, ce sont 2 077 personnes qui ont été tuées dans la catastrophe et plus de 5 000 qui sont toujours portées disparues.
Grâce à votre large mobilisation ces dernières semaines, Plan International France a pu collecter plus de 18 000 € pour venir en aide aux enfants et à leur famille. Merci pour votre soutien !

Des familles entassées dans des camps

Les enfants et leurs parents vivent entassé·e·s sous des tentes de fortune au milieu des bâtiments détruits : sur l’île de Célèbes, en Indonésie, le séisme et le tsunami ont mis des milliers de familles à la rue.

L’enchaînement exceptionnel des catastrophes a causé des dommages immenses, détruisant presque entièrement la ville de Palu, dans le nord de l’île et les villages alentours. Près de 200 000 personnes ont été déplacées et sont réfugiées dans des camps de fortune. Les survivant·e·s y vivent sous des tentes, dans des conditions de vie et d’hygiène très difficiles.

« Je partage ma tente avec 2 autres familles. Au total, nous sommes 16 personnes sous une tente, dont 7 enfants. Nous manquons de tout, d’eau, de nourriture, de toilettes. Quand la nourriture arrive, il faut être très rapide ou tout aura déjà été pris », raconte une mère, réfugiée avec ses enfants. « Nous allons sûrement devoir rester ici longtemps, nous n’avons pas d’autre endroit où aller. »

Sur toute l’île, la catastrophe aggrave les besoins de populations qui vivaient souvent déjà dans une situation particulièrement précaire. Beaucoup de structures de santé ont été détruites, rendant difficile l’accès à des soins de qualité. Selon les autorités, 2 736 écoles ont également été détruites ou fermées, sans date de réouverture, menaçant l’accès à l’éducation de plus de 185 000 enfants. 

Plan International permet aux familles de s’abriter et aux enfants de retourner à l’école

Dès les jours suivant le séisme, l’ONG Plan International s’est mobilisée pour être présente sur place et évaluer les besoins de la population. Grâce à une large mobilisation de nos donatrices et donateurs, nos équipes de spécialistes de l’urgence ont pu commencer à répondre aux besoins des survivant·e·s.

1 200 kits d’hébergement ont déjà été distribués aux nombreuses familles encore à la rue. Ces kits qui contiennent des toiles des tentes, des couvertures, des matelas et une lampe solaire permettent aussi fournir aux femmes et aux enfants une solution d’hébergement individuel pour limiter le risque d’agressions dans les camps collectifs.

Nous installons des espaces réservés aux enfants et à leur famille, afin de les mettre à l’abri et de leur permettre de retrouver des conditions de vie normales. Dans ces lieux sécurisés, sont organisés des jeux et des activités éducatives qui incluent les filles et les garçons, ainsi que des séances de soutien psychologique et de sensibilisation aux droits de l’enfant.

Plan International propose des espaces d’étude où les enseignant·e·s sont invité·e·s à revenir donner des cours pour permettre aux enfant de rester scolarisé·e·s. Au total, des kits scolaires seront fournis à plus de 5 000 enfants et 25 écoles temporaires seront aménagées et équipées. Nous veillons à ce que ces lieux combattent les discriminations et incluent les filles et les enfants en situation de handicap, par exemple, en sensibilisant les enseignant·e·s  aux difficultés d’accès à l’éducation pour les filles ou en donnant accès à des toilettes séparées pour limiter le risque d’agression sexuelle.

1 200 kits d’hygiène contenant savon, brosses à dent, serviettes et habits basiques ont été fourni dans les camps. Des protections hygiéniques sont distribuées aux filles et aux femmes. Les distributions sont accompagnées de séances de sensibilisation auprès des communautés. Ces réunions publiques sont l’occasion de former aux bonnes pratiques d’hygiène et d’échanger sur des questions de santé publique, comme le tabou autour des règles.

Une aide qui tient compte des besoins des enfants, et des filles en particulier

Plan International place le dialogue avec les communautés au cœur de son action sur le terrain. Nos équipes collectent ainsi les commentaires et les retours des populations affectées pour mieux connaître leurs besoins et leur avis sur le déroulement des distributions. Au cours de réunions publiques et inclusives, nous échangeons sur les conditions de distribution et sur les bénéficiaires prioritaires.

Dans l’objectif d’une aide sur le long terme, notre ONG a établi un projet en collaboration avec les communautés locales et sera présente pour une durée d’au moins 6 mois sur le terrain. Ce projet d’aide permettra de répondre aux besoins de 10 000 familles dans le nord de l’île, soit plus de 15 000 enfants.

Pour notre ONG, la priorité est de répondre aux besoins spécifiques des enfants, et des filles en particulier, spécialement vulnérables dans les situations d’urgence. Nous organisons des séances de sensibilisation et de pédagogie autour des droits de l’enfant afin que tou·te·s les enfants et leur communauté deviennent actrices et acteurs de la protection de l’enfance. 
Une permanence et une ligne téléphonique permettent à toutes et à tous de signaler les abus et de prévenir le trafic d’enfant, les violences ou les mariages forcés. Nos équipes repèrent également les enfants isolé·e·s ou séparé·e·s de leurs parents pour les accompagner et leur permettre de se reconstruire. 

Enfin, c’est pour les filles que l’accès à l’éducation en situation d’urgence est le plus difficile. La prise en compte de ces difficultés est placée au centre de notre action pour permettre à toutes les filles de continuer à aller à l’école. Grâce à l’éducation, les filles sont formées et préparées aux risques naturels, elles peuvent gagner leur indépendance et devenir libres.  

Suivez-nous

Sur instagram