.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Ce dimanche 19 août, un nouveau séisme meurtrier a frappé l’île de Lombok en Indonésie. Déjà traumatisée après 2 séismes majeurs quelques semaines avant qui avaient fait près de 500 morts, la population fait face à d’immenses besoins. L’ONG Plan International est venue en aide d’urgence aux enfants touchés par la catastrophe, car ils deviennent plus vulnérables dans les situations d’urgence et peuvent être victimes d’enlèvement, de trafic, de violences, de maladies et de déscolarisation.

À Lombok, 80 % de la population a été déplacée à cause du séisme

Les séismes n’en finissent plus de se succéder à Lombok et la panique est à son comble. Le 29 juillet et le 5 août dernier, 2 tremblements de terre avaient déjà dévasté l’île indonésienne, causant la mort de plus de 450 personnes et laissant des centaines de milliers de survivant·e·s sans toit. Les répliques se sont succédées depuis, dont la dernière est la plus puissante en date ce dimanche, mesurée à 7.0 sur l’échelle de Richter. 

L’île de Lombok n’est pas une région de parrainage pour Plan International, aucun enfant parrainé n’a donc été affecté. Notre personnel présent en Indonésie est également en sécurité, mais s’active pour venir en aide aux nombreuses victimes.

« La plupart des habitants et des habitantes ont été déplacé·e·s », explique Hana Yula, responsable de l’aide d’urgence à Lombok pour Plan International en Indonésie. « Ils ont besoin d’endroits sûrs où s’abriter, d’eau potable, de produits d’hygiène, mais aussi de soutien psychologique, en particulier les enfants. Beaucoup sont terrifiés à l’idée de retourner dans les bâtiments. »

Avec ce nouveau séisme, les dégâts ont pris une ampleur alarmante : dans le nord de l’île, 30 % des maisons ont été détruites et plus de 80 % de la population a dû être déplacée. Parmi eux, près de 40 % d’enfants. Les enfants deviennent particulièrement vulnérables dans les situations d’urgence (enlèvements, trafic, violences, souffrances, maladies, déscolarisation…), c’est pourquoi nos équipes les prennent en charge le plus rapidement possible. 

Plan International met en place des espaces pour protéger les enfants

Nos équipes sont présentes sur les sites touchés par le séisme pour répondre aux besoins des enfants victimes, en collaboration avec le gouvernement indonésien. Aux côtés de nos partenaires locaux et d’autres ONG internationales, nous organisons l’évacuation des sites dangereux et la mise à l’abri des déplacé·e·s. 

Des kits d’urgence, contenant une tente de fortune, des couvertures et des matelas, ont déjà été distribués à près de 1 000 familles. Nous proposons également un accompagnement psychologique et social et une formation aux besoins spécifiques des enfants face aux crises, après le traumatisme subie par la succession des tremblements de terre, la crainte de mourir et d’effondrement de bâtiments. 

En effet, ces derniers sont davantage vulnérables au froid, aux maladies et aux violences quand ils se retrouvent sans-abri avec leur famille. Pour garantir leurs droits et leur protection, Plan International met en place des espaces dédiés aux enfants où ils pourront vivre en sécurité avec leur famille et seront accompagnés jusqu’à ce qu’ils puissent rentrer chez eux. 

Nous allons également permettre aux filles et aux garçons de continuer à avoir accès à l’éducation, au sein de ces espaces. D’ici quelques jours, des cours seront organisés pour les enfants avec les enseignant·e·s de la région et des kits de fournitures scolaires seront distribués. Car depuis le premier séisme, 716 écoles de tous niveau ont été détruites sur l’île.

 

Suivez-nous

Sur instagram