.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Le camp de Bidi Bidi est l’un des plus grands du monde : il est de la taille d’une ville, où vivent plus d’un quart de million de personnes, dont la plupart ont fui la violence au Soudan du Sud. Avec 61% des résidents de moins de 18 ans, les programmes d’éducation sont essentiels au développement des enfants, mais les filles ont souvent moins d’opportunités que les garçons.

Plan International travaille dans le camp pour établir des services d’éducation sensibles au genre pour les enfants réfugiés. Nous nous attaquons aux obstacles spécifiques à l’éducation auxquels sont confrontées les adolescentes, en nous concentrant sur les éléments clés qui freinent les filles.

Permettre aux filles d’accéder à l’éducation 

Des clubs “Girls’ Education Movement” (GEM) ont été mis sur pied pour permettre aux filles de parler des questions qui les touchent dans le domaine de l’éducation et éliminer les obstacles dans le milieu scolaire et dans la collectivité en général.

Jackline, 15 ans, est devenue réfugiée à l’âge de sept ans, après avoir fui le Soudan du Sud avec sa famille. Elle est aujourd’hui membre du club et est passionnée par ce qu’elle a appris. « Grâce au club GEM, j’ai beaucoup appris sur les questions de genre. J’ai acquis une plus grande confiance dans tous les aspects de la vie et je sais maintenant qu’en tant que fille, je suis très précieuse et je peux faire tout ce que les garçons peuvent faire. »

Les activités parascolaires offertes par le club permettent aux filles de rattraper leurs études, d’améliorer leurs connaissances et de s’épanouir tant sur le plan scolaire qu’émotionnel. Cela contribue à améliorer leur rendement scolaire et, par conséquent, leur confiance en soi.

“J’encourage les filles qui ont abandonné l’école à revenir et à reprendre leurs études. Je conseille à mes camarades de penser à l’éducation avant le mariage », dit M. Jackline.

Défendre les droits des filles 

Je conseille à mes camarades de penser à l’éducation avant le mariage

Le club soutient les filles et les garçons par le biais de la défense des droits et a connu de nombreux succès, notamment la distribution de serviettes hygiéniques réutilisables, la fourniture de matériel d’enseignement et d’apprentissage et la promotion du genre et la formation adaptée des enseignants et la formation sur la santé sexuelle et reproductive et les droits des adolescentes.

Pour Sakirah, 14 ans, l’introduction de serviettes hygiéniques réutilisables a fait une énorme différence dans ses études : avant elle n’allait pas à l’école quand elle avait ses règles car il était difficile de gérer son hygiène menstruelle loin de la maison.

« Mes parents n’avaient pas les moyens de m’acheter des serviettes à usage uniques tous les mois, car elles sont très coûteuses. J’étais enthousiaste à l’idée d’apprendre à fabriquer des serviettes hygiéniques réutilisables. Je suis maintenant capable de les fabriquer et de les utiliser à l’école et à la maison. J’ai appris à mes sœurs à les fabriquer et à les utiliser aussi.»  

Suivez-nous

Sur instagram