Dans les régions rurales du Laos, il n’y a pas collège dans la plupart des villages. Les enfants qui souhaitent poursuivre leur scolarité parcourent de telles distances qu’ils sont obligé·e·s de rester à l’école toute la semaine. Mais les solutions d’hébergements sont rarement suffisantes et sûres pour les élèves, loin de leurs parents. Pour mieux les protéger, Plan International a construit un nouveau dortoir.

Un dortoir pour que les élèves du Laos soient en sécurité

Nous avions peur dans notre hutte en bambou

Chern a 15 ans, son collège est à environ 4 heures de marche de son village, alors elle doit y passer la semaine. Elle quitte sa maison le dimanche après-midi, en emportant un sac de riz de 10 kg, et ne revient que le vendredi soir. 

Jusqu’à peu, elle logeait avec 5 camarades dans une vieille hutte en bambou de 9 m2, dépourvue de toute installation – ni électricité ni cuisine, ni lits ou latrines appropriés. 

Comme les autres élèves, Chern était obligée d’utiliser de l’eau non traitée, au risque de tomber malade, et dormait dans ces huttes non sécurisées. 

« Nous n’avions aucune intimité. Les garçons nous regardaient nous doucher et nous embêtaient. »

« Ce qui me faisait le plus peur, c’était que quelqu’un s’approche de ma hutte et fasse tomber le mur de bambou sur ma tête pendant que je dormais. Je pleurais souvent et restais éveillée toute la nuit », explique l’adolescente.

« Nous n’avions aucune intimité ici. Souvent, les garçons et les hommes nous regardaient nous doucher et nous embêtaient. Pouvez-vous imaginer aller aux toilettes la nuit, seule dans la brousse ? C’est horrible. Nous y allions à plusieurs pour réduire les risques, mais j’avais toujours peur », explique Heuay, 14 ans.

Un dortoir pour protéger les élèves 

« Enfin, il existe un endroit sûr pour les élèves. »

Il y avait urgence à répondre aux besoins d’hébergement des élèves. Ainsi, l’ONG Plan International a entamé, en février 2019, la construction d’un nouveau dortoir scolaire.

Simultanément, nos équipes ont travaillé avec le bureau de l’éducation de la région sur la mise en œuvre d’un programme pour l’égalité entre filles et garçons à l’école. Des clubs d’étudiant·e·s ont été créés pour informer les enseignant·e·s et les élèves sur les droits des filles, l’égalité des sexes et sur les violences sexistes et sexuelles

« De nombreuses pratiques sont injustes. Par exemple, les filles doivent s’occuper de la maison après le travail dans les champs alors que les garçons sont autorisés à jouer. Si les adultes ne sont pas capables de faire changer les choses, moi je le ferai », explique Chern.

En août 2019, le nouveau dortoir était achevé ; deux pièces pour les filles et deux pièces pour les garçons.

Les pièces sont équipées de lits et de meubles et peuvent accueillir 164 élèves, dont 124 filles. Des toilettes et un système d’approvisionnement en eau potable ont été construits. Il y a aussi quatre petites résidences pour enseignant·e·s. 

« Enfin, il existe un endroit sûr pour les élèves qui restent à l’école pendant la semaine, en particulier pour les filles. Vivre loin de ma famille n’est pas facile, mais ce dortoir me rassure. Mon intimité est préservée lorsque je me lave ou quand j’utilise les toilettes. Je me sens beaucoup plus en sécurité dans ce nouveau dortoir », raconte Chern avec joie.  

Suivez-nous

Sur instagram