.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Le contexte sanitaire actuel met les relations humaines à rude épreuve. Pourtant, cette période est également l’occasion de se réinventer et de se redécouvrir, d’initier des actions de solidarité et d’entraide. Yeyri, Yaya et Stephanie nous communiquent leur vision de l’espoir malgré la situation sanitaire actuelle, et nous expliquent à quel point l’entraide, l’amour et la solidarité sont aujourd’hui plus que jamais essentiels.

Yeyri, 12 ans, habite aux Honduras et adore lire. Elle a lu 189 livres, dont la plupart ont été empruntés à la bibliothèque de Blue Lupin. « Cela nous rend heureux d’attendre ces jours-là avec impatience. Nous portons des masques et nous nous lavons les mains. Nous ne pouvons pas nous approcher trop près les uns des autres ni nous parler beaucoup. Nous faisons la queue devant la bibliothèque et un seul garçon ou une seule fille peut y entrer à la fois. Nous ne pouvons pas toucher trop de livres comme avant, seulement les deux que nous voulons emprunter ».


La vie pendant la quarantaine n’a été facile pour personne, mais Yeyri est heureuse que ses parents ne fassent pas de discrimination parce qu’elle est une fille. « J’aide aux tâches ménagères. Nous aidons toutes et tous : mon frère Johnny fait son lit, nettoie sa chambre, balaie le patio et fait la vaisselle. Ma mère dit que les hommes et les garçons devraient aider aux tâches ménagères et je suis d’accord ».

La solidarité et le soutien mutuel sont d’une grande importance pour les filles et les adolescentes, explique Stéphanie, 16 ans, vivant au Salvador. Elle applique les connaissances acquises à l’école de leadership de Plan International. « Cela m’a beaucoup aidé, car malgré cette pandémie, je peux toujours communiquer avec mes camarades de Plan International. C’est vraiment réconfortant de les voir, même si c’est virtuellement, parce qu’ils me manquent, mais j’espère pouvoir les revoir bientôt », raconte Stephanie. Elle explique que la confiance en soi et l’amélioration des relations avec les autres sont des atouts précieux pendant la situation d’urgence. « J’ai pu aider et donner des informations aux filles de ma communauté, à mes camarades de classe et à mes amis ». 

Yaya, originaire Burkina Faso, a rejoint le programme de parrainage de Plan International à l’âge de 10 ans et a été parrainé par Gina et Mike. Il a une photo du jeune couple et pense encore souvent à eux, se souvenant des cadeaux et des fournitures scolaires qu’il a reçu. « Tout ce temps, j’ai gardé leur photo. J’en ai d’autres qui doivent encore être chez moi dans mon village, avec leurs lettres », dit-il. « L’assistant social nous posait des questions et, en fonction de ce que nous disions, il répondait à nos parrains. Nous parlions des arbres, de nos animaux », se souvient Yaya avec un sourire. Il se souvient également de plusieurs visites de parrains dans son village, car c’était l’occasion de faire la fête en dansant et en chantant. Aujourd’hui âgé de 38 ans, Yaya se souvient de la fierté de ses parents. « Pour mes parents, c’était un honneur d’avoir des parrains, et nous étions heureux de savoir que des gens qui étaient loin nous envoyaient des lettres et des jeux ». 

Suivez-nous

Sur instagram