.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

A l’instant, quelque part dans le monde, une enfant est peut-être en train de se réveiller et de réaliser qu’aujourd’hui, on va la marier… 3 enfants parrainé·e·s par Plan International sont inspirant·e·s et déterminé·e·s à faire changer les pratiques : Anisah parrainée en Indonésie, Lakkhan parrainé au Bangladesh et Keya parrainée au Bangladesh.

Anisah a vu beaucoup de filles mariées de force

Anisah est parrainée en Indonésie. Elle a vu beaucoup de filles mariées de force et enceintes avant l’âge de 18 ans. C’est ce qui a nourri sa détermination à poursuivre ses études.

Avec le soutien de ses parents et l’encouragement de son parrain, Anisah a finalement obtenu son diplôme d’études secondaires et a maintenant hâte de faire profiter aux autres de ce qu’elle a appris.

« Je veux aller à l’université. Mais d’abord, je veux faire quelque chose pour aider mon village. »

En tant qu’enfant parrainée et consciente de la situation des filles, Anisah sensibilise sa communauté sur les réalités du mariage des enfants et encourage les filles à rester à l’école au lieu de se marier.
« Je fais prendre conscience à mes amies des dangers de se marier et d’avoir des bébés trop jeunes », confie-t-elle.

Par ailleurs, Anisah travaille en tant qu’animatrice d’un groupe de son village pour aider les jeunes mères à faire face à la maternité, à prendre soin de leurs enfants et à les nourrir correctement.

« Où j’ai appris tout cela ? Je l’ai appris grâce à Plan International ! », dit-elle. « Je veux étudier la nutrition pour continuer à aider les jeunes mères et les bébés. »

Lakkhan espère qu’un jour les enfants seront protégés contre les mariages précoces

En tant qu’enfant parrainé au Bangladesh et membre d’un groupe de jeunes soutenu·e·s par Plan International, Lakkhan s’attaque aux questions liées à l’enregistrement des naissances, au mariage des enfants et aux violences faites aux femmes.

Pour sensibiliser sa communauté à ces problèmes majeurs, Lakkhan met en scène de petites pièces de théâtre qui montrent les effets négatifs de ces pratiques et plus généralement de l’inégalité entre les sexes.

« Nous attirons des gens d’âges et de classes différents, tous capables de comprendre notre message », explique Lakkhan. 

Il estime que son travail acharné porte ses fruits lorsque le public comprend les problèmes et tend à modifier les pratiques. Lakkhan est particulièrement préoccupé par l’enregistrement des naissances ; il espère qu’un jour tous les enfants seront enregistrés à la naissance, et seront protégés contre les mariages précoces, la traite et le travail forcé. Car sans certificat de naissance qui prouve leur âge, les enfants peuvent aisément être forcés de se marier ou de travailler avant l’âge légal autorisé. 

Keya pense que les filles doivent prendre leurs propres décisions 

Combattante dans tous les sens du mot, Keya, parrainée au Bangladesh, sait qu’elle a le droit de décider de son propre avenir.
« Les filles devraient prendre les décisions qui les concernent », argumente-t-elle. « Moi, je le fais. »

A l’école et dans les groupes de jeunes soutenu·e·s par Plan International, Keya et d’autres adolescent·e·s de sa communauté apprennent à connaître leurs droits. Au travers de discussions et diverses autres activités, on les encourage à briser les stéréotypes de genre, à renforcer leur confiance en elles et en eux et à se positionner contre certaines pratiques conventionnelles néfastes, dont le mariage des enfants.

« Je veux terminer mes études et après seulement, penser au mariage », explique Keya.

La jeune fille est passionnée de karaté, cela l’aide à se motiver et renforce sa détermination.
Elle utilise le karaté non seulement comme outil d’autodéfense et d’autonomisation, mais comme exemple pour les autres filles afin de leur montrer comment défendre leurs droits et prendre en charge leur propre vie.

En parallèle, Keya travaille en étroite collaboration avec les dirigeant·e·s locales et locaux pour les convaincre de mettre fin au mariage des enfants dans sa communauté :
« Les autorités réagissent maintenant aux rapports sur le mariage des enfants dans la communauté. »

12 millions de filles mariées chaque année 

C’est inconcevable mais c’est une réalité pour des millions d’enfants. 12 millions de filles de moins de 18 ans sont mariées de force chaque année. Bien que des garçons soient également mariés avant leurs 18 ans, le mariage d’enfants est un problème mondial qui affecte essentiellement les filles.

A l’origine de ce problème, il y a l’inégalité entre les sexes, qui perpétue la conviction que les filles ne sont pas aussi précieuses que les garçons et, en tant que telles, n’ont pas les mêmes droits qu’eux. D’autres facteurs, tels que la pauvreté, des pratiques traditionnelles ou l’absence d’enregistrement des naissances, contribuent également aux mariages d’enfants.

Plan International agit pour protéger les enfants contre les mariages précoces et forcés. Grâce au soutien généreux des marraines et des parrains, nous mettons en place des programmes qui permettent aux enfants d’exercer leurs droits, notamment à l’éducation, la protection et la santé.
En outre, le soutien et l’encouragement de généreuses·eux donateur·rice·s aident les enfants parrainé·e·s à défendre les droits des filles et à inciter leur communauté à faire de même !

Aider les enfants à faire valoir leurs droits

Lorsque les enfants connaissent leurs droits, ils sont capables de se défendre et de choisir leur avenir !

C’est pourquoi Plan International travaille dans le monde entier pour donner aux enfants et à leurs communautés les moyens de conduire le changement pour les générations futures.

Nous ne serions pas capables de le faire sans nos marraines, parrains, donatrices et donateurs. Vous aussi, vous pouvez aider un plus grand nombre d’enfants à rester à l’école et à choisir leur avenir. Le parrainage d’enfants est un puissant outil de changement.

Suivez-nous

Sur instagram