.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

La sécheresse causée par le phénomène El Niño a forcé de nombreuses filles à quitter l’école et à prendre de grands risques pour aller chercher de l’eau à travers le pays. C’est dans une de ces communautés du Timor-Leste que Plan International a installé un nouveau système de collecte d’eau, ce qui a permis aux filles de reprendre le chemin de l’école.

« Nous devions marcher de une à deux heures. Lorsque nous allions chercher de l’eau, nous devions mettre les bidons remplis sur une charrette, c’était très lourd », raconte Betti, jeune fille d’une région reculée de la municipalité de Lautem au Timor-Leste.

Les conséquences de la sécheresse

Cette région a été l’une des plus durement touchée par l’épisode de sécheresse causé par le phénomène El Niño qui a frappé tout le Timor-Leste. La source d’eau de la communauté était complétement tarie.  

Lorsque Plan International est arrivée sur les lieux, les femmes et les filles étaient forcées d’emprunter un chemin rocailleux et escarpé pour aller chercher de l’eau. Le trajet du retour n’était pas plus sûr, elles devaient trainer avec elles plusieurs bidons d’eau d’environ 25 kilos chacun. La quantité d’eau pouvant être rapportée chez elles dépendait de celle qu’elles pouvaient physiquement porter de leurs bras ou trainer sur un chariot.

Reconstruire et être prêt en cas de nouvelles crises

Fournir un accès rapide et sûr à l’eau pour cette communauté n’était qu’une première étape. Plan International Timor-Leste et ses partenaires locaux* devaient permettre qu’il n’y ait plus jamais de risque de pénurie d’eau. Ainsi, une nouvelle source d’eau a été mise en place et des points d’eau ont été installés. Plan International a aussi travaillé avec des membres de la communauté pour s’assurer de la durabilité de ces nouveaux équipements.  

*Ce projet est financé par le gouvernement australien, la Swedish International Development Agency (Sida) et la Jersey Overseas Aid Commission.  

Des commissions ont été créées pour veiller à la bonne exploitation de l’eau. « Chaque foyer a accepté de payer $1.00 par mois pour couvrir les coûts d’entretiens des systèmes d’eau et pour économiser en cas de réparations », explique Alex Saporas, responsable de la commission de l’eau de la communauté.

Les bénéfices pour les femmes et les filles

Des filtres pour l’eau et des conteneurs de stockage ont été distribués à chaque foyer. Ils rendent la vie plus facile aux femmes et aux filles, ce sont souvent elles qui sont responsable de la collecte et du traitement de l’eau. Grâce à l’eau filtrée, elles utilisent moins de bois pour le feu car elles n’ont plus à faire bouillir l’eau. Les conteneurs leurs permettent de stocker l’eau filtrée, minimisant le temps passé à aller chercher de l’eau.

Elles peuvent maintenant consacrer plus de temps à leurs études !  

« Avant, nous devions aller loin pour chercher de l’eau, maintenant que le point d’eau est proche de notre maison, nous sommes vraiment heureux », dit Guida, élève de 16 ans. « Je ne suis plus en retard à l’école et je n’ai pas à passer mon temps à aller chercher de l’eau ».

Son amie Fernanda ajoute : « Avec l’eau filtrée, je n’ai plus à faire bouillir de l’eau tous les matins. Maintenant, mes matinées sont plus faciles et je peux me concentrer sur mes études. ».

Suivez-nous

Sur instagram