.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Bénévole en Ouganda, j’aide les enfants sud-soudanais réfugiés à retrouver le sourire

Halima Mustafa fait partie de nos précieux bénévoles qui travaillent dans les camps de réfugiés ougandais. Cette sud-soudanaise, engagée auprès des enfants les plus vulnérables depuis 2014, n’a qu’un souhait : leur permettre de vivre une enfance heureuse malgré les conditions difficiles dans lesquelles ils vivent.

 » Tous les jours, j’arrive à 7h du matin au Centre de Développement et de Soins à la Petite Enfance de Plan International. Je passe 4 heures avec les enfants. Je leur faire découvrir l’écriture, le chant, l’alphabet et le calcul. J’utilise aussi des matériaux que je trouve sur place comme l’argile, les capsules de bouteilles, les boîtes vides et les jouets fabriqués à partir de chiffons pour les amuser et développer leur créativité. A la fin de la journée, je suis heureuse de voir qu’ils sourient et qu’ils sont fiers d’eux !

Les enfants ne connaissaient rien lorsqu’ils sont arrivés du Soudan du Sud. Aujourd’hui, ils savent compter, danser, se laver, se coiffer et bien d’autres choses.

J’ai déjà 3 enfants que j’élève seule car mon mari est resté au pays. Mais j’adore tous les enfants et je voudrais que tous, même ceux qui ont perdu leurs deux parents, puissent profiter de leur enfance. Ils me le rendent bien puisque certains cherchent même à me voir pendant le week-end quand le centre est fermé.

« Le nombre d’enfants accueillis au centre est passé de 157 à 230 en un an ! » 

Le nombre d’enfants accueillis au centre est passé de 157 à 230 en un an ! Ils veulent apprendre, ils prennent confiance en eux et ce qu’ils racontent sur le centre incite les mères à venir elles aussi, avec leurs bébés. J’essaie de donner des conseils aux mamans sur comment prendre soin de leurs enfants, de leur faire prendre conscience des règles d’hygiène essentielles, de leur montrer l’intérêt de l’éducation pour le futur de leurs petits. Certains pères viennent aussi parce qu’ils veulent assumer leur responsabilité dans la sécurité et l’éducation de leurs enfants.

Par ailleurs, ces parents s’investissent bénévolement dans le centre. Ils contribuent aux frais d’entretien, réparent les clôtures scolaires, balaient autour du centre, vont chercher de l’eau pour les enfants et parfois même assistent à des cours avec leurs enfants !

Savez-vous que ma contribution au bonheur de ces enfants a même été soulignée par Dennis Okullu, spécialiste de Plan International de l’éducation dans les situations d’urgence ? Il a dit « Halima est une bénévole exceptionnelle. Elle est engagée et fait tout son possible pour que les enfants soient heureux à l’école et qu’ils reçoivent les meilleurs soins. » Cette distinction m’a fait chaud au cœur ! C’est important pour moi de savoir que mon investissement auprès des enfants est efficace et les aide au mieux. »

Depuis janvier 2014, Plan International intervient en Ouganda pour venir en aide aux enfants réfugiés sud-soudanais, pour leur fournir protection, éducation d’urgence et accès aux soins et à l’eau potable.

Suivez-nous

Sur instagram