.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

À l’occasion de la COP24, nous appelons les gouvernements à prendre des engagements clairs et des mesures urgentes pour lutter contre le réchauffement climatique qui ont un impact direct sur l’avenir des enfants dans les pays en développement.
En Inde, les effets du changement climatique se font déjà sentir. Les pluies pendant la mousson sont de plus en plus violentes. Découvrez comment Rupam, 18 ans, a réussi à protéger sa famille des inondations meurtrières grâce à l’aide de Plan International.

Être prêt·e à réagir aux catastrophes naturelles

COP24 inde changement climatique

Quand le village de Rupam a été menacé par les inondations, la jeune fille de 18 ans a aidé sa famille et ses amies à se mettre en sécurité

« En tant que jeune engagée, j’ai aidé à sonner l’alarme le 14 août 2017, le jour de l’inondation, et j’ai fait en sorte que ma famille et mes voisins atteignent les hauteurs », raconte Rupam, membre d’un conseil consultatif de jeunes de Plan International en Inde. 

Le village de Rupam est situé dans le Bihar dans le nord-est du pays. C’est l’état le plus exposé aux inondations en Inde. 76 % de la population du nord de cette région vivent sous la menace récurrente des inondations. 
En août 2017, les inondations ont été particulièrement dévastatrices, causant la mort de 514 personnes et d’importants dégâts. 

À cause de ces situations de crises répétées, les parents envisagent de dire à leurs enfants de partir vivre en ville avec un proche. Hors, quand ils quittent leur famille, beaucoup d’enfants sont victimes d’exploitation.

Rupam a été sensibilisée à ce risque. Plan International aide les enfants à acquérir les compétences dont ils ont besoin pour rester en sécurité et pour préparer leurs communautés à résister aux catastrophes naturelles.

« Maintenant, nous faisons particulièrement attention aux enfants, surtout aux filles. Nous discutons avec les filles et les femmes de notre village, nous partageons des informations et alarmons les communautés sur les risques d’envoyer les enfants vivre en ville. Nous les encourageons à rester. Nous travaillons sur tout cela ensemble », poursuit Rupam.  

Survivre malgré les dégâts causés par les inondations

Le village de Rupam a été gravement touché par les dernières inondations. La plupart des maisons ont été endommagées par l’eau et le système de toilettes et d’assainissement de la communauté a été détruit.

« Nous nous relayons à tour de rôle pour aller aux toilettes. Avec nos amies, nous nous regroupons comme une barrière et cachons avec des écharpes celle qui est aux toilettes. C’est aussi très compliqué quand nous avons nos règles », confie Rupam.

Plan International avait construit des pompes à eau sur les hauteurs du village, ce sont les seules qui fonctionnent encore. 
« Les pompes manuelles construites sur les terrains plus élevés constituent notre seule source d’eau potable », explique Rupam.

Tous les ans, les moussons entraînent des inondations au Bihar. Cependant, le réchauffement climatique les rend plus difficiles à prévoir et plus intenses, laissant la région toujours plus vulnérable aux catastrophes naturelles dans les années à venir.

Aider les populations à s’adapter au changement climatique

L’ONG Plan International travaille avec les enfants et leurs communautés pour réduire les risques et pour qu’ils s’adaptent au changement climatique grâce à notre programme « Adaptation au changement climatique centré sur l’enfant (4CA) ».
Nous sensibilisons les habitant·e·s de la région pour leur permettre de se protéger.

Les enfants, surtout les filles, sont les plus vulnérables face au changement climatique.

Prendre en compte les droits des enfants lors de la COP24

Dans le cadre de la COP24, nous appelons les gouvernements à soutenir et à financer l’adaptation des populations au changement climatique

Notre ONG participera à la COP24 pour influencer les discussions autour de la prise en compte des droits des enfants dans un climat en mutation, en mettant un accent particulier sur les filles.
Nous plaidons également pour que les enfants et les jeunes soient réellement impliqués dans la prise et la mise en œuvre des décisions.

Suivez-nous

Sur instagram