.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Dans les zones rurales du Laos, où cohabitent environ 80 groupes ethniques différents, chaque groupe parle son propre dialecte et possède ses propres coutumes et traditions, si bien que de nombreux∙ses enfants ont du mal à progresser à l’école, où toutes les leçons sont enseignées dans la langue officielle, le Lao.

Groupe d'enfants en train d'étudier à l'école

Les différences de langage entre les communautés freinent l’apprentissage des enfants

« J’ai commencé l’école primaire sur le tard, j’avais environ neuf ans. Je me souviens très bien de ce que je ressentais lorsque j’étais surpris par le langage du professeur ; je savais qu’il essayait de nous instruire, moi et mes amis, mais je ne comprenais rien du tout », raconte Anok, 27 ans, père de deux enfants.

La communauté d’Anok est l’un des neuf villages où Plan International travaille pour aider les filles et les garçons à surmonter la barrière de la langue à l’école primaire. Cette communauté isolée – qui abrite 138 Khmus – est située sur le fleuve Mékong et n’est accessible que par bateau, soit un voyage d’environ six heures en amont. 

Comme il n’y a pas de jardin d’enfants ou d’école maternelle dans la communauté, la première fois que les enfants entendent la langue Lao est lorsqu’ils commencent l’école primaire. « J’ai compris ce que mes enfants ont ressenti lorsqu’ils ont commencé leur scolarité. Parfois, j’avais envie d’arrêter, mais heureusement mon père m’en a empêché », raconte Anok.

Plan international accompagne les enfants pour surmonter cette difficulté 

Avec le soutien financier du ministère des Affaires étrangères du Japon, Plan International travaille en étroite collaboration avec le ministère de l’Éducation du Laos et ses partenaires éducatifs locaux pour répondre aux besoins des élèves en offrant une formation aux enseignants afin de les doter des techniques nécessaires pour aider leurs élèves à progresser à l’école.

Pour aider les enfants et leurs parents à se préparer à rentrer en école primaire, Plan International a organisé des séances d’orientation pour les parents afin de les aider à comprendre les droits de leurs enfants, l’égalité des sexes, leur devoir de vigilance et l’importance de l’éducation préscolaire.

Après avoir participé aux réunions communautaires avec Plan International, j’ai compris que l’apprentissage de la langue lao était important pour mes enfants. Ainsi, je communique souvent en lao avec mes fils, Don et Ded, à la maison. Lire un livre avec eux est l’une des nombreuses façons de les aider à améliorer et à accroître leur confiance en la langue « , explique Anok. 

Tous les enfants d’âge préscolaire ont été encouragés à participer à un stage d’été de 10 semaines afin d’acquérir les compétences de base en matière de calcul et de lecture nécessaires à l’école primaire et de les initier à la langue lao dans un environnement ludique et convivial.

« Ce qui me plaît le plus à l’école, c’est étudier la langue lao. Si je sais lire et écrire le lao, je peux apprendre n’importe quel sujet parce qu’il est écrit en langue lao. Quand je serai grand, je veux être policier, car les policiers ont l’air cool en uniforme », a déclaré Don, le fils d’Anouk, âgé de six ans.

Le projet a également permis de fournir aux écoles du matériel pédagogique coloré et intéressant, des jouets et des activités amusantes, qui aident les enfants à apprendre la langue lao par le jeu, par exemple en chantant une chanson, en écoutant une histoire ou en jouant à un jeu qui intéresse les enfants et les aide à se sentir plus heureux d’être à l’école.

« Pendant la saison des récoltes, j’ai demandé à ma fille d’aller dans la rizière et d’y rester avec nous. Elle n’était pas contente et s’est empressée de dire ‘non’. Je lui ai demandé pourquoi et elle a répondu qu’il y avait des activités intéressantes à l’école et des jouets pour jouer avec ses amis. Je suis heureux qu’elle aime aller à l’école », déclare Somnith, 31 ans, père de deux enfants.

Suivez-nous

Sur instagram