.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Vivre dans les montagnes en Equateur

Evelyn Alexandra, 7 ans, dit que la chose la plus difficile dans les hautes terres est le travail. Elle aide souvent sa famille dans les travaux de la ferme. « Ma famille se réunit le week-end pour planter des haricots et des pommes de terre. Tout le monde travaille toute la journée et quand nous avons fini, nous partageons la nourriture que ma mère et mes tantes ont préparée ».

Evelyn vit avec sa mère María et son père José dans la province du Cotopaxi. Elle aime beaucoup ses parents, nous disant qu’elle les embrasse au moins cinq fois par jour.

Chaque matin, elle descend la montagne pour aller à l’école. Ses matières préférées sont les mathématiques et les langues. Elle sourit quand on lui demande quel est son rêve.

Je veux être avocate pour aider les enfants, en particulier les filles les plus pauvres de ma communauté.

L’accompagnement de Plan International

Actuellement dans sa quatrième année d’école, Evelyn est soutenue par Plan International avec une bourse scolaire depuis 2019. Cette aide a permis à Evelyn de rester à l’école et d’acheter le matériel d’apprentissage dont elle a besoin pour étudier.

« Grâce à cela, j’ai acheté un cahier, des fournitures scolaires, un sac à dos, une trousse à crayons, des vêtements et ils m’ont donné de la nourriture. Avec cette nourriture, j’avais quelque chose à manger car mon père et ma mère ne pouvaient pas sortir », explique-t-elle, rappelant l’aide que l’organisation a apportée à sa famille pendant le confinement lié au COVID-19.

Après l’école, Evelyn aide ses parents sur le terrain et fait ses devoirs. Elle aime aussi passer du temps à s’occuper du nouveau membre de leur famille Julio, un petit âne et aime jouer avec ses trois chiens Toby, Broker et Princesa.

Maintenant, j’ai le temps d’aller à l’école, d’étudier, de jouer. Maintenant, je suis heureuse.

Evelyn et sa famille participent également régulièrement à des réunions communautaires organisées par Plan International où elles apprennent à manger sainement et ont reçu des plantes et des graines pour leur potager, qui résistent au climat difficile des Andes et peuvent pousser sans avoir besoin de produits chimiques.*

Aujourd’hui, la famille cultive des fruits et légumes biologiques qui complètent son alimentation quotidienne. Ceci est complété par des œufs et de la viande des poulets qu’ils ont également reçus dans le but de s’assurer qu’Evelyn consomme suffisamment de protéines et dispose de tous les nutriments nécessaires dont elle a besoin pour se développer sainement.

Une chose qui l’inquiète cependant, c’est que tous les enfants de son village ne vont pas à l’école. « Ce serait bien pour eux d’aller à l’école pour étudier, car ils apprendront plus. Si tous les enfants de ma communauté allaient à l’école, les choses iraient beaucoup mieux ici.

Suivez-nous

Sur instagram