.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Avec le soutien de Plan International, des groupes de discussion entre jeunes ont été créés dans les écoles de Lasta en Éthiopie. Filles et garçons s’y retrouvent pour s’informer et échanger sur le mariage des enfants, un problème courant dans ce district où des filles sont mariées dès l’âge de 12 ans.
Ermiyas, 16 ans, est l’animateur de l’un des groupes. Il veut faire évoluer les mentalités.

Informer les enfants dès l’école pour lutter contre les mariages forcés

« C’est principalement à l’école, par le biais d’un groupe de discussion, que j’ai découvert les problèmes liés au mariage des enfants. Maintenant, je m’efforce d’informer le plus de personnes possible. Je suis devenu l’animateur d’un groupe de discussion. Et chaque fois qu’il y a un rassemblement communautaire, par exemple à l’église, j’interviens sur ce sujet. »

Les filles, premières victimes de mariages forcés, grossesses précoces et déscolarisation 

« Je me suis impliqué parce que je connaissais une fille qui avait été forcée de se marier à l’âge de 14 ans. Elle était désespérée. Elle a dû quitter l’école et a eu un bébé à l’âge de 15 ou 16 ans. Je ne l’ai pas revue depuis son départ mais je sais qu’elle ne doit pas être heureuse car elle n’a jamais eu l’intention de renoncer à ses études. Je ne veux pas que la même chose arrive à d’autres filles.

S’opposer au mariage des enfants est important pour moi. Je sais qu’en en parlant, je peux pousser les gens à changer d’attitude et contribuer à résoudre les problèmes rencontrés par beaucoup de mes sœurs et de mes voisines. Cela me procure une réelle satisfaction. »  

Suivez-nous

Sur instagram