.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Déplacements forcés, déscolarisation, traumatismes psychologiques : les conflits ont un impact dramatique sur les enfants. Le film « La terre est bleue comme une orange », dont l’ONG Plan International France est partenaire, raconte les conséquences des affrontements dans le Donbass sur le quotidien d’une famille.

Donner la parole aux enfants

La réalisatrice ukrainienne Iryna Tsilyk a suivi en 2019 la famille Trofymchuk à Krasnohorivka, ville de 15 000 habitant∙e∙s du Donbass dans l’Est de l’Ukraine. Ce documentaire donne à voir l’histoire de Myroslava qui réalise un film sur la vie dans la région depuis le début des conflits en 2014. Véritable mise en abyme, ce documentaire témoigne du pouvoir thérapeutique de l’art. Il illustre également le quotidien de cette famille qui vit dans une zone affectée par les conflits entre l’Ukraine et la Russie. Un documentaire poignant sur l’impact des combats, sur les enfants en particulier, mais aussi sur la détermination d’une jeune-femme à poursuivre son rêve : devenir réalisatrice.

Plan International France s’associe à ce film qui valorise la parole des enfants victimes collatérales de cette crise. Ce témoignage porte un message de résilience, démontre l’importance de l’éducation et de la formation professionnelle : leviers de l’émancipation des filles et des femmes.

Découvrez en salle dès le 8 juin le film La terre est bleue comme une orange d’Iryna Tsilyk.

Avant-première

L’ONG Plan International France a participé, le 8 juin 2022, à l’avant-première du film organisée au cinéma Le Méliès de Montreuil. Cette projection introduite par un discours de la réalisatrice Iryna Tsilyk, a rappelé au public ému à quel point l’art et le cinéma pouvaient être des échappatoires salvatrices face au conflit. L’équipe de distribution du film Juste Doc ainsi que l’ensemble des autres partenaires du documentaire – Cofrade, France Terre d’Asile, Solidarités International et Vision du monde – étaient également présents.  

« Mon film est une manière de répondre à la question : l’art peut-il changer les choses ? Oui, l’art et le cinéma peuvent être des armes », affirme Iryna Tsilyk en introduction de la soirée. La réalisatrice qui accompagne la famille depuis leur rencontre lors d’un camp de cinéma pour adolescent·e·s ukrainien·ne·s, explique que les Trofymchuk vivent et travaillent aujourd’hui à Vilnius en Lituanie. Le film produit par la famille a même reçu un prix du film des étudiants.

À la question « Pourquoi le titre « La Terre est bleue comme une orange ? » », posée par une spectatrice dans la salle, la cinéaste répond « ce titre surréaliste vient d’un poème de Paul Eluard : il a été choisi pour montrer une situation de vie surréaliste où se côtoient la paix et la guerre ». Dans ce quotidien où le conflit devient la norme, il est fondamental d’accompagner les enfants à surmonter leurs traumatismes et d’assurer la continuité de leur éducation.

Mélangeant documentaire et fiction, ce film en immersion dépeint avec justesse et poésie le quotidien dans le Donbass en 2019, une situation toujours d’actualité en 2022.

Suivez-nous

Sur instagram