.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

En Guinée, les mariages forcés privent chaque année des millions de filles de leurs droits et de leur enfance. Le club des Jeunes filles leaders de Guinée réunit de jeunes activistes pour porter la voix des filles contre cette pratique traditionnelle néfaste et pour défendre les droits des filles. L’ONG Plan International soutient leur initiative et s’engage à leur côté.

En Guinée, un million de filles sont menacées par le mariage précoce

Qui mieux que les jeunes filles elles-mêmes pour se lever contre les mariages précoces ? Vendredi 17 août, les filles du Club des jeunes filles leaders de Guinée ont été reçues par le premier ministre de leur pays.

Les militantes, âgées de 14 à 20 ans, ont plaidé auprès Ibrahima Kassory Fofana pour la fin des mariages précoces et forcés. Réceptif, le chef du gouvernement s’est engagé à accélérer la révision du code de l’enfance, en vue du passage de l’âge légal du mariage pour les filles de 16 à 18 ans. 

Le mariage des filles mineures reste une pratique très ancrée au sein de la société guinéenne. 63 % des femmes mariées de 20 à 24 ans ont été mariées avant l’âge de 18 ans. Dans les régions rurales, ce taux monte même à plus de 75 %. 
Un million d’adolescentes demeurent aujourd’hui menacées par ce fléau qui les exposent au risque de violences et d’agressions sexuelles. Les filles mariées si jeunes se retrouvent privées de leur enfance et de leur droit à l’éducation. Forcées de quitter l’école pour devenir mère et s’occuper du foyer, elles ne sont plus libres de choisir leur vie. 

Les jeunes Guinéennes debout contre le mariage précoce

C’est pour lutter contre ces conséquences terribles que le Club des jeunes filles leaders de Guinée a été fondé, en 2016. Aujourd’hui, c’est près d’une centaine de militantes qui portent le combat et la voix des filles à travers toute la Guinée.  

L’association mène des actions de prévention et de sensibilisation sur le terrain. Grâce aux signalements, elle fait ainsi annuler chaque année le mariage de dizaines de mineures.  
Les filles leaders de Guinée dénoncent aussi les dangers du mariage précoce auprès des familles et des jeunes filles. Elles viennent de lancer une caravane de sensibilisation qui sillonne les marchés de la capitale Conakry à la rencontre des habitants. 

Plan International soutient les jeunes leaders pour qu’elles se fassent entendre

En 2018, la fondation Plan International France s’engage aux côtés du Club des jeunes filles leaders de Guinée, en partenariat avec l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Nous sommes convaincus que les filles sont les mieux placées pour dénoncer les contraintes qu’elles subissent au quotidien.

Plan International et l’OIF forment les militantes à ces problématiques et au plaidoyer, afin qu’elles puissent se faire entendre des dirigeants politiques, comme face au premier ministre. L’objectif : que la loi sur l’interdiction du mariage avant 18 ans soit enfin appliquée.

Nous finançons et supervisons également les activités de sensibilisation à destination du grand public : caravanes, marches contre le mariage forcé, émissions de radio et tables rondes. 

Nous voulons que leur initiative continue à exister et à faire entendre la voix des filles. Leur engagement permettra de faire disparaître les menaces qui pèsent sur les filles en Guinée : les mariages forcés mais aussi l’excision et le manque d’accès à l’éducation.   

Suivez-nous

Sur instagram