Ernest et Miguel sont deux frères de 14 et 11 ans de Guinée-Bissau. Tous deux sont nés malentendants. Ce lourd handicap les a empêchés d’apprendre à parler et à communiquer avec leur entourage depuis leur plus jeune âge.

Encore aujourd’hui dans le monde, les enfants en situation de handicap ont 10 fois moins de chance que les autres enfants d’aller à l’école. Découvrez comment grâce à Plan International les deux frères ont pu apprendre la langue des signes et retrouvent enfin l’espoir d’un avenir.

La double peine pour les enfants handicapés

Tous deux nés malentendants, les difficultés auxquelles Ernest et Miguel ont dû faire face ne se sont pas arrêtées là. À la naissance de Miguel, leur père incapable de faire face à la situation les a abandonnés à un membre de sa famille. Depuis, les deux frères n’ont jamais eu de ses nouvelles. 

Souvent confrontées à la honte et la stigmatisation, les familles des enfants en situation de handicap ne savent pas toujours comment gérer cette situation. C’est alors la double peine pour ces enfants qui non seulement ne bénéficient pas des soins dont ils ont besoin, n’ont pas accès à l’éducation mais doivent aussi faire face au rejet et aux discriminations.

Les enfants en situation de handicap se retrouvent souvent exclu·e·s du système éducatif car celui-ci n’est pas adapté. Cette exclusion réduit leurs possibilitésd’acquérir les compétences nécessaires pour développer leur potentiel et participer à la vie de leur communauté. Ils se retrouvent ainsi privés de leurs droits civiques, politiques et économiques. 

Un espoir pour les enfants en situation de handicap

Privés d’école, Ernest et Miguel semblaient destinés à une vie de pauvreté et d’exclusion jusqu’à ce que les enseignants et enseignantes d’un centre de réadaptation pour personnes handicapées à Gabu aient pris connaissance de leur situation et se soient proposés de les aider. Les garçons sont arrivés au centre il y a 3 ans et depuis de nombreuses opportunités se sont ouvertes à eux. Plus important encore, ils ont appris la langue des signes et peuvent désormais communiquer entre eux et avec le monde qui les entoure.

L’accès à une éducation inclusive représente un réel espoir d’avenir pour beaucoup d’enfants handicapé·e·s comme Ernest et Miguel. Cela leur permet d’apprendre de nouvelles compétences, de développer leur potentiel et d’être pleinement acteur de la vie de leur communauté. Elle permet également d’agir contre les stigmatisations dont sont victimes les personnes handicapées.

Nous œuvrons pour une éducation inclusive pour toutes et tous

Le programme d’éducation inclusive de Plan International œuvre en Guinée-Bissau pour améliorer la qualité de l’apprentissage en travaillant avec et pour les enfants et leurs familles dans le but de mobiliser les communautés et les autorités gouvernementales pour qu’elles s’efforcent de fournir une éducation inclusive de haute qualité pour toutes et tous, et particulièrement pour les filles et les enfants en situation de handicap.

Grâce à ce programme, nous sensibilisons les communautés à l’importance de l’éducation de chaque enfant et nous veillons à ce que toutes les personnes impliquées dans le soutien à l’éducation : enseignants et enseignantes, directeurs et directrices d’école et parents, soient pleinement formées pour rendre les écoles sûres, plus accueillantes et plus inclusives.

Nous avons permis aux enseignants et enseignantes de l’école secondaire d’Ernest et Miguel d’être formé·e·s à la langue des signes pour pouvoir communiquer avec eux. Le dictionnaire de langue des signes de Guinée-Bissau a été développé au cours des 6 dernières années et a permis d’intégrer des étudiants et étudiantes en situation de handicap dans l’enseignement général.

Ernest et Miguel sont beaucoup plus heureux maintenant et aiment aller à l’école. Depuis, ils se sont fait beaucoup d’ami·e·s. Ernest apprend la mécanique et espère devenir un jour mécanicien automobile. Les deux frères, qui vivent encore au centre de réadaptation, aiment passer leurs soirées après l’école à jouer au football dans la rue. Grâce au centre d’éducation inclusive, Miguel et Ernest ont pu tout simplement retrouver une vie d’enfant. 

Suivez-nous

Sur instagram