.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Les préjugés et stéréotypes de la société bolivienne empêchent les filles d’étudier les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STEM), qui sont généralement considérés comme des domaines dans lesquels les garçons excellent. Malgré cela, la famille de Stefany, une écolière de 14 ans du département de Cochabamba en Bolivie, a toujours soutenu son projet. « À la maison, ils ne m’ont jamais dit non, ma famille m’encourage à développer mon potentiel ».

« Je suis heureuse de passer une grande partie de mon temps à étudier les sciences. Ma motivation première pour développer mes compétences informatiques était de découvrir de nouvelles choses sur la technologie », déclare Stefany.

Toujours désireuse d’acquérir de nouvelles compétences, Stefany a participé à diverses activités STEM dans son école, en rejoignant un salon scientifique et l’équipe informatique de son école. « Certaines personnes de ma communauté trouvaient étrange que les filles aiment la technologie, mais maintenant elles comprennent mieux. Mais j’ai toujours peur que certaines personnes n’aiment pas ce que je fais et qu’elles me jugent pour cela », dit Stefany.

Le projet ARRIBA, financé par le gouvernement canadien, travaille avec les adolescents et les jeunes pour les aider à prendre conscience de leurs droits sexuels et reproductifs afin qu’ils puissent prendre des décisions éclairées sur leur vie, prévenir les grossesses chez les adolescentes et réduire le taux de mortalité maternelle et néonatale. Grâce à ce projet, Stefany a beaucoup appris sur l’autonomisation des femmes. « Plan International m’a aidé à poursuivre mes objectifs et à ne plus me préoccuper de ce que disent les autres », dit-elle.

Je pense que pour que plus de filles étudient les domaines des STEM, il faut laisser de côté les pensées machistes.

Depuis que la pandémie COVID-19 a fermé les écoles en Bolivie, les activités STEM qui passionnaient tant Stefany ont été annulées et elle apprend maintenant à la maison. « La foire aux sciences n’a pas eu lieu », nous dit-elle. Malgré ces temps difficiles, Stefany conseille les filles en leur disant de : « Ne pas abandonner, mais poursuivre leurs rêves et montrer au monde ce dont elles sont capables ».

« Je pense que pour que plus de filles étudient les domaines des STEM, il faut laisser de côté les pensées machistes », dit Stefany. « Les filles devraient être encouragées à poursuivre des études dans les domaines des STEM et recevoir plus de soutien et de réconfort ».  

Suivez-nous

Sur instagram