.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Depuis le 29 octobre, Plan International agit face au typhon Goni, qui a touché plus de 68,7 millions de personnes, dont 724 000 enfants dans les zones les plus dévastées des Philippines. 

Une réaction immédiate

Présente aux Philippines depuis 1961 avec plus de 36 000 enfants parrainés, l’ONG Plan International intervient régulièrement pour répondre aux catastrophes naturelles qui dévastent le pays, telles que le typhon Haiyan et les tremblements de terre au Népal.
Aujourd’hui, Plan International était parmi les premières organisations à agir suite au passage du typhon Goni, entre le 29 octobre et le 3 novembre.

Considéré comme le typhon le plus fort du monde en 2020, le typhon Goni a laissé une énorme traînée de dévastation dans la région de Bicol, enterrant un village dans la boue et la roche, coupant les lignes de communication et laissant des dizaines de milliers de personnes dans les centres d’évacuation.  Selon les agences gouvernementales, les vents destructeurs et les pluies torrentielles du typhon ont fait pas moins de 20 victimes et près de 8 milliards de pesos de dommages aux infrastructures et à l’agriculture. 

Selon le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), 68,7 millions de personnes ont vu leurs vies bouleversées par l’arrivée du typhon. Sur les 2,3 millions de personnes vulnérables dans les zones les plus dévastées, environ 724 000 sont des enfants. 

L’ONG Plan International a déployé des équipes pour évaluer l’étendue des dégâts et les besoins immédiats des familles dans les zones les plus touchées.

L’évaluation vise à examiner les besoins urgents et la protection des communautés et des secteurs touchés, en particulier les femmes, les filles et les garçons qui sont les plus vulnérables lors des catastrophes, ainsi que les familles déplacées qui courent un risque accru d’être exposées à COVID-19. 

La nécessité de protéger les enfants et les personnes vulnérables

Lorsqu’une catastrophe frappe, les enfants sont parmi les plus vulnérables et les plus menacés

« Comme le pays est confronté à une pandémie qui est loin d’être terminée, ces vulnérabilités et ces risques sont encore amplifiés. Dans ce contexte, il est encore plus important de donner priorité aux besoins immédiats et uniques des enfants dans notre réponse à cette situation d’urgence. », a déclaré Ana Maria Locsin, directrice de Plan International Philippines. 

« Nous devons également accorder une attention particulière aux familles déplacées qui courent un risque accru d’être contaminées par le COVID-19, entre autres maladies ».

En coordination avec les gouvernements locaux, les équipes de Plan International aideront à évaluer les besoins des enfants et de leurs familles, afin de leur apporté le soutien et l’assistance appropriés, notamment pour la reconstruction des maisons, leurs moyens de subsistance, d’accès à l’éducation et de soutien psychosocial au fur et à mesure de leur rétablissement. 
Les équipes travaillent également en étroite collaboration avec d’autres organisations humanitaires et de la société civile afin de garantir une approche inclusive dans l’évaluation et dans l’identification des prochaines actions.

« Nous préparons actuellement des kits de sauvetage pour les distribuer aux familles touchées. Notre principal devoir reste de leur garantir l’accès à un abri sûr, à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène, y compris les besoins sanitaires des femmes et des adolescentes », a ajouté Mme Locsin.

Suivez-nous

Sur instagram