.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

En amont de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes du 25 novembre, l’ONG Plan International France a marché avec le collectif féministe #NousToutes pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles. L’opportunité de rappeler que les violences de genre commencent dès l’enfance et affectent les filles et les femmes partout dans le monde.

En réponse à l’appel à manifestation du collectif #NousToutes, Plan International France et le Plan des jeunes ont marché aux côtés de dizaines de milliers de personnes à Paris le samedi 20 novembre, Journée internationale des droits de l’enfant. 

« Journée internationale des enfants, n’oublions par les droits des filles ! »

L’objectif de la mobilisation : défendre le droit fondamental pour les femmes et pour les filles vivre à l’abri des violences. L’occasion pour Plan International France de rappeler que les violences de genre commencent dès l’enfance : 120 millions de filles restent confrontées aux violences sexuelles dans le monde. De nombreuses personnalités en faveur de la protection des enfants étaient présentes, comme Lyes Louffok et Andréa Bescond, pour porter la voix des enfants victimes des violences.

« Tout commence par l’enfance, c’est ce qui engendre toutes les violences sexistes et sexuelles », rappelle Lyes Louffok, militant des droits de l’enfant et membre du Conseil national de la protection de l’enfance.

736 millions d’adolescentes et de femmes de plus de 15 ans sont survivantes de violences     

De leur côté, les membres du Plan des jeunes marchent et scandent : « Les droits des filles partout pour toutes avec tous et toutes ! ». Le combat reste long : les violences faites aux enfants et aux filles demeurent minimisées et invisibilisées. 

Le cortège parisien a rassemblé plus de 50 000 personnes selon les organisatrices et des dizaines d’autres manifestations en France se sont également déroulées. 

Suivez-nous

Sur instagram