.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Quels sont les critères d’installation de Plan International dans un pays en développement ?

Depuis sa création en 1937, Plan International s’est installé dans 56 pays en développement pour accompagner les communautés vers leur autonomie. Quels sont les critères d’installation de Plan International dans un pays en développement ?

ANALYSER LA SITUATION

Avant de décider de s’installer dans un pays, Plan International évalue la situation des enfants. Nous étudions:

Plan International regarde aussi la situation économique globale du pays, ses réseaux de transports et de communication, et surtout sa capacité à se développer grâce à ses propres ressources et à l’aide apportée. L’engagement du gouvernement à respecter les droits de l’enfant, sa volonté d’assurer le développement durable de sa population et le degré de mobilisation de la société civile sont également des critères déterminants.

Une fois ces informations collectées, les équipes de Plan International se concertent pour décider si l’on peut s’installer. Les pays retenus doivent obligatoirement avoir un taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans supérieur ou égal à 40 pour 1000 naissances, ainsi qu’un indice de développement humain inférieur ou égal à 0,72.

OUVRIR UN BUREAU LOCAL

Lorsque la décision est prise, le personnel local, qui est sur le terrain depuis les premières missions exploratoires, doit chercher un local pour installer le nouveau bureau de Plan International et l’équiper en électricité, téléphone, internet… Ce qui, dans certaines villes, n’est pas toujours tâche facile !

Enfin, le directeur du bureau local doit recruter son personnel en faisant appel en priorité à des professionnels locaux, mais aussi à des expatriés (des membres de l’équipes de Plan International dans les pays collecteurs et non bénéficiaires) qui permettront de faire un transfert de compétences essentiel.

DEFINIR DES PROJETS COMMUNAUTAIRES

Une fois le bureau  installé, des unités de programmes sont créées dans les communautés où les programmes seront mis en place et suivis au quotidien. Le personnel communautaire enregistre alors les enfants qui vont être parrainés. Les projets de développement, quant à eux, sont définis avec l’aide des comités de villageois et du comité des enfants.

Le travail de développement peut alors démarrer. Plan International reste en moyenne présente dans une région durant 10 à 15 ans.

L’EXEMPLE DU RWANDA

C’est en suivant les recommandations d’une mission d’évaluation du bureau de Plan International en Ouganda que l’ONG a décidé de s’installer au Rwanda en 2006.

Témoignage de Mamadou KANTE, Directeur national de Plan International au Rwanda, nous explique:

« Depuis mon arrivée, en janvier 2007, j’ai été très occupé par des affaires logistiques. J’ai dû recruter des avocats parlant couramment l’anglais et le français, déclarer légalement l’existence de Plan International en tant qu’ONG travaillant au Rwanda… J’ai également loué et équipé un local pour y installer notre bureau. J’ai pu ensuite recruter du personnel pour constituer notre unité de programme. L’une de mes activités les plus bénéfiques a enfin été d’établir des contacts avec d’autres ONG, car dans un environnement aussi sensible, ces échanges sont essentiels. Et j’ai été ravi de découvrir un milieu plus coopératif que compétitif !

Lors de l’ouverture de nos programmes de développement, la première de nos actions est de définir une zone d’intervention, puis de signer un accord avec les autorités du district local avant de demander une autorisation au gouvernement national. Plan International Ouganda et le Bureau régional de Plan International en Afrique de l’Est ont ainsi choisi le district de Gatsibo, à l’est du Rwanda, très touché par la pauvreté.

Suivez-nous

Sur instagram