.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Scolariser les filles leur permet de devenir autonome et de participer activement au développement de leur communauté. Pourtant, 64 millions de filles âgées de 6 à 14 ans ne vont pas à l’école (2016). Découvrez quels sont les obstacles à leur éducation.

Les mariages précoces

Chaque année, 12 millions de filles sont mariées avant leurs 18 ans.

Les mariages précoces ont des conséquences graves sur la santé des filles (violences, grossesses précoces, VIH/sida, etc.), mais également sur leur éducation. En effet, lorsqu’une fille scolarisée se marie tôt, elle doit généralement quitter l’école, perdant la possibilité de prendre des décisions concernant sa santé, son corps, son bien-être et celui de ses enfants. Elle ne pourra pas apprendre un métier et être indépendante financièrement. 

Inversement, on sait que plus la durée de scolarisation des filles est longue, moins les filles ont de chances d’être mariées trop tôt et plus elle peuvent devenir des femmes libres et autonomes.

Les facteurs socio-culturels

Répartition traditionnelle des rôles dans la contribution aux tâches domestiques, réticences culturelles des familles à laisser une fille sortir du foyer, les facteurs socio-culturels sont nombreux. Pour réduire les discriminations, Plan International sensibilise les parents, les chefs de villages, les leaders communautaires et religieux… aux bénéfices de l’éducation des filles pour la communauté.

La pauvreté des familles

Pour certains foyers, scolariser une fille se traduit par une perte de revenu ou d’aide à la maison. Il arrive également que les familles n’aient pas les moyens de contribuer aux frais scolaires ou d’acheter les fournitures et les uniformes. Et souvent, lorsqu’il faut faire un choix entre une fille et un garçon, la famille consacrera ses maigres ressources à l’éducation du garçon, considérant qu’il s’agit d’un meilleur investissement à long terme.

Plan International lève les freins financiers via la création d’activités génératrices de revenus.

Les violences de genre en milieu scolaire

L’insécurité que vivent les filles à l’école ou sur le chemin de l’école les empêche de suivre correctement les cours dispensés. Ce contexte encourage souvent les parents à retirer leurs filles de l’école.

Les situations d’urgence

Toutes les 2 secondes, une personne dans le monde est forcée de fuir son foyer. Dans ces situations, les adolescentes sont souvent forcées d’arrêter leurs études. Elles sont alors poussées à se marier, à trouver un emploi, même dangereux, ou à se prostituer.

En situations d’urgence, nos équipes prennent en compte les besoins particuliers des filles.

Suivez-nous

Sur instagram