.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Cho et Devi sont deux filles bénéficiaires des programmes de Plan International au Vietnam et en Inde. Elles ont fait partie des enfants filmés lors de la série adaptée du célèbre documentaire « Sur le chemin de l’école », diffusée en 2014 sur France 5. 3 ans après, voici de leurs nouvelles.

Cho au Vietnam

Lors du film, Cho était âgée de 10 ans et vivait au cœur des montagnes de Meo Vac, au nord du Vietnam, à douze heures de route d’Hanoi. Elle parcourait chaque jour plus d’une heure de marche sur des chemins escarpés, pour rejoindre son école.

Elle a aujourd’hui 14 ans et est en 3ème. Elle est en internat car l’école est loin de chez ses parents. Son collège est situé dans le centre du district de Meo Vac, dans la province de Ha Giang. Cho ne peut pas voir souvent ses parents depuis qu’elle est en internat, elle est donc encore plus fière de leur montrer ses bons résultats scolaires, car c’est une élève studieuse. Toute sa famille se porte bien.

« Lorsque nous avons regardé le film en classe, j’étais un peu gênée mais très heureuse. J’aimerais avoir l’opportunité de rencontrer le producteur du film, encore une fois, et de lui dire merci pour ce qu’il a fait pour moi et pour ma famille », confie Cho avec un grand sourire.

Dévi en Inde

A l’époque du film, Dévi avait 13 ans et habitait Kalingapatnam, un village-île de la mer du Bengale. Elle traversait chaque jour les plaines et les rivières de l’Andra Pradesh pour aller à l’école.

Elle parcourt toujours ce trajet mais elle est en seconde dans une école située à 2km de son village. Elle rêve toujours de devenir docteur.

L’association Sur le Chemin de l’école en partenariat avec l’ONG Plan International France a permis le financement et la construction d’une bibliothèque dans son école (qui n’avait avant que très peu de livres) mais aussi l’achat d’équipement sportifs.

Défi a beaucoup de chose à dire sur le film : « J’aime beaucoup ce film. Je suis très heureuse d’être dans le film. Après le tournage dans lequel j’ai parlé de la situation des enfants dans nos villages et des défis qu’ils doivent relever pour aller à l’école, j’attendais anxieusement de voir le film. Je l’ai regardé en même temps que mes amis et mes professeurs. Le film couvre notre véritable lutte et nos défis pour aller à l’école. Dans mon village, les parents n’encouragent pas les filles à étudier. J’espère que ce film aidera à motiver les parents à poursuivre l’éducation des filles dans les régions côtières. Dans mon village, les filles veulent poursuivre leur éducation mais les parents refusent. Je souhaite que cela change et aide le développement des villages de la région côtière d’Andhra Pradesh. J’aimerais remercier GSS- Plan International Inde pour tout le soutien qu’ils ont apporté aux enfants et leurs familles pendant le cyclone Phailin et aussi d’avoir réalisé un si bon film sur l’éducation des filles. »

Suivez-nous

Sur instagram