Aller au contenu principal

Communiques de presse

  • coronavirus alliance urgences

    Covid-19 Pénurie de produits, difficultés d’acheminements, manque de moyens : comment les ONG de l’Alliance Urgences s’adaptent

    Pour la première fois, la communauté internationale est confrontée à une crise sanitaire mondiale de très grande ampleur, mais les moyens pour y faire face sont très inégaux selon les pays. Pénurie de produits, difficultés d’acheminements, manque de moyens financiers et humains : sur le terrain, les membres d’Alliance Urgences adaptent leurs programmes pour faire face à ces nombreux obstacles, mais redoutent l’arrêt de certaines de leurs actions faute de matériels de protection suffisants.

  • Plan International signale une augmentation considérable des MGF en Somalie en période de confinement

    L’ONG Plan International, active en Somalie pour lutter contre la pandémie du Covid-19, signale une augmentation considérable des mutilations génitales féminines (MGF) dans le pays en période de confinement.
     

  • Explosion à Beyrouth : les ONG de l’Alliance Urgences lancent un appel aux dons

    Mardi 4 août 2020, une double explosion a eu lieu dans le port de la capitale libanaise faisant plus de 130 morts et des milliers de blessés. Un bilan provisoire qui menace de s’alourdir. Face à cette catastrophe, les 6 ONG membres de l’Alliance Urgences, Action Contre la Faim, CARE France, Handicap International, Médecins du Monde, Plan International et Solidarités International, se mobilisent et lancent un appel aux dons pour venir en aide aux victimes.
     

  • L’ONG PLAN INTERNATIONAL EST EXTRÊMEMENT INQUIÈTE DU DANGER QUE FAIT PESER SUR LES FILLES LA CATASTROPHE HUMANITAIRE AU LIBAN

    La crise humanitaire sans précédent créée par l’explosion du port de Beyrouth il y a 15 jours aggrave la situation des filles et des adolescentes déjà très fragilisées par les crises économique et sanitaire qui secouent le pays depuis plusieurs mois.

  • ANXIÉTÉ, TROUBLES PSYCHIQUES ET CRAINTE DE NE PLUS POUVOIR RETOURNER À L’ÉCOLE : LES CONSÉQUENCES CATASTROPHIQUES DE LA PANDÉMIE DE COVID-19 POUR LES FILLES

    Les filles sont les plus touchées par le virus Covid-19. Dans une nouvelle étude mondiale inédite, l’ONG Plan International révèle que 9 filles sur 10 souffrent d’anxiété et que 6 sur 10 s’inquiètent de ne pas pouvoir poursuivre normalement leur scolarité.
     

  • FILLES SOLDATS, LES INVISIBLES DES CONFLITS ARMÉS

    Les filles constituent environ 40 % des enfants enrôlés dans les milices armées. Phénomène ignoré : si certaines s’engagent volontairement, la plupart sont recrutées de force et asservies par les chefs de guerre. Plan International intervient notamment en RCA, au Soudan du Sud et au Nigeria pour mettre fin à cette pratique néfaste qui va à l’encontre de tous les droits élémentaires des enfants. 

  • Le 11 octobre, célébrons ensemble le sport comme levier d’épanouissement des filles : quand une fille joue, tout le monde gagne !

    Depuis 2012, grâce au travail de l’ONG Plan International, la Journée internationale pour les droits des filles est une réalité. Chaque 11 octobre, les filles se retrouvent au cœur de l’action. L’occasion de les écouter et de prendre en compte leurs recommandations. 
     

  • Traumatisées & déscolarisées, les filles au sahel vivent dans la peur : 4 millions ont dû abandonner l’école !

    Les besoins humanitaires au Sahel central (Mali, Burkina Faso & Niger notamment) ont atteint des niveaux records : plus de 13,4 M de personnes, dont 7,2 M d’enfants, ont besoin d'une aide humanitaire d’urgence. Les violences de genre, les mariages d’enfants et les grossesses précoces menacent gravement les filles et les adolescentes qui se retrouvent déscolarisées et traumatisées par la crise. 4 M d’entre elles sont contraintes d’abandonner l’école en raison des attaques de groupes terroristes et de la pandémie de Covid-19. 
    Leurs expériences et leurs voix restent jusque-là largement négligées. 
    Après ses rapports sur la situation des adolescentes au Bangladesh (réfugiées rohingya), au Soudan du Sud, au Lac Tchad et au Liban, l’ONG Plan International donne à nouveau la parole aux filles en situation de crise humanitaire dans un 5e rapport inédit: Les filles dans la crise : Voix du Sahel.
     

  • Au Liban, plus d’1/3 des adolescentes ont subit une augmentation des violences

    Au Mont-Liban et en Bekaa occidentale, l’effondrement économique 7 mois après l’explosion du port de la capitale expose les adolescentes libanaises et syriennes à la déscolarisation, aux violences physiques et psychologiques, aux mariages d’enfants, à l’exploitation et à l’insécurité alimentaire.

  • Déclaration conjointe des ONG Internationales sur les incendies dans les camps Rohingya de Cox's Bazar au Bangladesh

    Nous exprimons notre solidarité avec les 10 000 familles de réfugié.e.s rohingya touchées par les incendies dévastateurs du camp de Kutupalong à Cox's Bazar au Bangladesh. Les organisations humanitaires et le gouvernement du Bangladesh travaillent ensemble sans relâche pour soutenir les personnes affectées par l'incendie du 22 mars 2021.
     

Pages