Santé des filles et des femmes

Contexte

L’accès aux soins et à la santé fait partie des droits dont des millions de filles et de femmes sont privées dans le monde, notamment en ce qui concerne leur santé sexuelle et reproductive. Cette privation de leurs droits les expose à des risques de précarité menstruelle, d’infections sexuellement transmissibles, d’avortements clandestins et de grossesses précoces non désirées et/ou à risque.

830 femmes décèdent chaque jour de causes évitables liées à la grossesse ou à l’accouchement et 99% de ces décès surviennent dans un pays en développement.

Les services de droits et de santé sexuelle et reproductive (DSSR) comprennent l’accès à l’hygiène menstruelle, aux moyens de contraception, à l’avortement dans des conditions sécurisées, aux traitements de maladies sexuellement transmissibles comme le VIH, au planning familial et aux soins de santé obstétricale. Ces services sont essentiels pour la santé, le bien-être et l’éducation des adolescent·e·s.

DES DISCRIMINATIONS SEXISTES : PREMIER OBSTACLE DES FEMMES POUR ACCEDER A LA SANTE

Les filles et femmes subissent des discriminations liées à leur genre qui affectent leurs droits à se faire soigner, leur connaissance de leur corps et les moyens financiers dédiés à leur santé.

Un manque d’information

Dans le monde, 132 millions de filles n’ont pas accès à une éducation, y compris sexuelle et reproductive. Sans connaissances, elles rencontrent des difficultés pour s’informer, lire, comprendre des prescriptions médicales et se soigner.

Des inégalités économiques

La pauvreté, les inégalités salariales et leur manque d’indépendance financière limitent leur accès à des examens médicaux, soins, traitements et médicaments nécessaires à leur bonne santé.

Des discriminations sexistes

Dans de trop nombreux pays, les femmes sont considérées comme inférieures aux hommes. Leurs problèmes de santé sont minimisés et elles ne sont pas toujours autorisées à prendre des décisions concernant leur propre corps.

Dans 57 pays, seules 55 % des adolescentes et des femmes sont à même de prendre leurs propres décisions en matière d’autonomie et d’intégrité corporelles (contraception, rapports sexuels, accès aux services de santé et droits sexuels et reproductifs).

Nations Unies

DES OBSTACLES STRUCTURELS, CULTURELS ET POLITIQUES

L’éloignement géographique

Les mauvaises infrastructures et les moyens de transports réduits rendent difficiles et dangereux l’accès aux services de santé pour les filles et les femmes. Elles sont ainsi incitées à consulter des guérisseurs de villages, ce qui représente un risque potentiel de complications, voire de décès.

Des obstacles culturels 

Les tabous et les traditions entraînent une méfiance vis-à-vis de la médecine moderne et représentent un frein dans l’accès aux soins pour les femmes.

Par ailleurs, l’appartenance d’une femme à une minorité ethnique, un statut de veuve, de divorcée, une appartenance religieuse minoritaire ou encore une orientation sexuelle non autorisée sont à l’origine de discriminations, voire d’une interdiction d’accès aux soins. 

Des politiques discriminantes

L’égalité filles-garçons est rarement au programme des politiques publiques qui ne proposent pas la mise en place de services de santé tenant compte des besoins spécifiques aux filles et aux femmes.

les ACTIONS DE PLAN INTERNATIONAL

Plan International travaille activement afin de faciliter l’accès aux soins pour les filles et les femmes grâce à  différentes actions :

Suivez-nous

Sur instagram