.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Plus de 655 000 Rohingyas, en majorité des femmes et des enfants, fuient à un rythme effréné la Birmanie et ses violences depuis le 25 août pour arriver au Bangladesh dans les camps pleins à craquer de la région de Cox’s Bazar. Les équipes sur place de Plan International travaillent sans relâche pour venir en aide aux enfants, aux femmes et aux hommes, victimes de cette crise humanitaire historique.

Tous les jours vous entendez parler à la télévision, dans les journaux et sur les médias sociaux de la crise des Rohingyas. Cependant, il est difficile de vraiment se rendre compte de ce qui se passe sur le terrain et de rencontrer ceux qui travaillent sans relâche pour venir en aide aux victimes de cette crise.

Pour répondre aux besoins humanitaires, Plan International et ses équipes locales et internationales travaillent avec des partenaires locaux dans les camps de réfugiés Rohingyas. Victimes des pires violences en Birmanie, ils ont trouvé refuge dans le pays voisin au Bangladesh mais dans des conditions inhumaines.

Améliorer d’urgence les conditions d’hygiène

Plan International a pour objectif de permettre à 63 000 réfugié·e·s d’accéder à l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement.

« Nous avons distribué 10 000 « kits de dignité » aux adolescentes et aux jeunes femmes, qui contiennent des protections hygiéniques notamment », raconte Moniruzzaman de notre ONG.

Le manque d’installations sanitaires est un des plus gros problèmes auquel les réfugiés Rohingyas sont confrontés. Dans la plupart des camps, un seul WC est utilisé par 150 personnes.
Cette situation est encore plus compliquée pour les femmes et les filles.

« Dans le camp de Balukhali, nous sommes en train d’installer des toilettes et des équipements d’hygiène pour 10 000 personnes, en service d’ici deux mois. », explique Jahanara et Josna, coordinatrices pour VERC, une de nos organisations partenaires.

« Avec l’aide de la communauté, nous recherchons les zones où il y a le plus de besoin de toilettes, nous distribuons des kits d’hygiène et nous menons des actions de sensibilisation à l’hygiène et à l’hygiène menstruelle. Nous montrons également aux femmes comment utiliser les kits d’hygiène et comment garder les toilettes propres », poursuit Jahanara.

« Il faut que notre intervention soit bénéfique et que ces personnes aient de bonnes conditions d’hygiène », conclut-elle avant d’aller aider une autre famille.

« Nous travaillons 24H/24 pour sensibiliser les gens et savoir où et comment installer des équipements sanitaires.
Nous surveillons et assurons le suivi des installations sanitaires afin de les rendre plus accueillantes pour les enfants et les femmes et de s’assurer qu’il y ait bien des sources d’eau disponibles pour tous »,
décrit Azam de notre ONG.

Assurer la sécurité des enfants en danger

Plan International est en priorité concernée par la sécurité et le bien-être des enfants pris au piège malgré eux dans cette crise humanitaire historique. Nous mettons en sécurité les enfants dès leur arrivée dans les camps.

Orla Murphy, directrice de Plan International au Bangladesh explique :

« Nous travaillons avec le gouvernement du Bangladesh et l’Unicef pour enregistrer les enfants non accompagnés car ils ont perdu leurs parents dans la cohue pour venir se réfugier au Bangladesh, ou leur famille a été assassinée. Mais il y a de grands besoins d’argent pour mener à bien ces actions. Nous devons agir rapidement pour faire face au nombre déjà élevé d’enfants vulnérables dans les camps et pour que nos équipes et nos services disponibles, déjà très limitées, ne soit pas submergées. »

Suivez-nous

Sur instagram